Frênette

Frênette : La frênette, ou cidre de frêne, est une boisson fermentée légèrement alcoolisée, préparée à base de feuilles de frêne (*).
(*) Le frêne est un arbre commun des forêts d’Europe (oléacées), à bois clair, dur et élastique.

Elle était fabriquée à l’origine uniquement à base de feuilles de frêne, le sucre provenant d’une part de l’exsudat de sève des feuilles piquées par le puceron Gossyparia ulmi (manne de frên) (**) et d’autre part des déjections sucrées (miellat) de ce puceron.
Plus tard, pour produire en plus grande abondance, on y ajouta du sucre , ainsi que du houblon, de la chicorée, de l’acide tartrique et de la levure de vin ou levure de bière.
L’appellation « frênette » est plutôt utilisée en Belgique, dans le nord-est de la France , en Normandie (pays de Caux) et en Picardie (pays de Bray), tandis que celle de « cidre de frêne » l’est dans le nord de la France.
Le degré d’alcool est de l’ordre de 3,5 %. La frênette est une boisson désaltérante qui se boit fraîche.
En Normandie et en Picardie, la frênette se boit également au cours des repas (au dîner, « repas du midi -le déjeuner-» et au souper, « repas du soir »). Elle est généralement coupée d’eau , surtout à la campagne, à raison de 50 % pour les adultes et ⅔ pour les jeunes gens).
(**) Puceron Gossyparia ulmi : La super-famille des Aphidoidea regroupe environ 4 000 espèces d’insectes de l’ordre des Hémiptères, réparties en dix familles. Parmi ces espèces, environ 250 sont des nuisibles agricoles ou forestiers, généralement connues sous le nom de « pucerons ». Leur taille varie d’un à dix millimètres de long. L’une des espèces ravageuses les plus connues est le phylloxéra, qui a atteint la quasi-totalité du vignoble français au XIXe siècle.

Frênette