Dormance

Dormance : La dormance est un terme qui regroupe toutes les formes de vie ralenties. Elle correspond à la période où, dans le cycle de vie d’un organisme, la croissance, le développement et/ou l’activité physique (chez les animaux) sont temporairement arrêtés. Cela réduit l’activité métabolique et aide donc l’organisme à conserver de l’énergie.
Le Lotus sacré (Nelumbo nucifera Gaertn., 1788) est une plante aquatique de la famille des Nélumbonacées. Ses graines détiennent le record en termes de durée de la dormance. Une équipe de chercheurs de UCLA a réussi à faire germer une graine datant d’environ 1 300 ans provenant du lit asséché d’un ancien lac à Pulantien, dans la province chinoise de Liaoning. On attribue ce record au péricarpe très dur et très étanche qui recouvre le fruit et qui le protège de l’humidité et des agents externes.
Il s’agit d’une stratégie de minimisation des risques (bet-hedging en anglais) mise en place chez une vaste gamme de taxa. La dormance tend à être étroitement associée aux conditions environnementales.
Les organismes peuvent synchroniser une entrée en dormance, en fonction de leur environnement, par des moyens prédictifs ou indirects.
– La dormance prédictive (dite dormance innée ou primaire) se produit lorsque les organismes entrent dans une phase de dormance avant l’apparition de conditions défavorables. Il s’agit d’un mécanisme codé génétiquement. Par exemple, la photopériode et la diminution de température sont utilisées par de nombreuses plantes pour prédire l’arrivée de l’hiver. La dormance prédictive des insectes est couramment appelée diapause.
– La dormance conséquentielle (dite dormance secondaire) se produit lorsque les organismes entrent dans une phase de dormance à la suite de conditions défavorables. Ceci est communément trouvé dans les zones à climat stochastique. Bien que des changements très brusques de conditions peuvent entraîner une forte mortalité chez les animaux qui s’appuient sur la dormance conséquentielle, son utilisation peut être avantageuse car les organismes restent actifs plus longtemps et sont donc en mesure de mieux utiliser les ressources disponibles. La quiescence ou l’hibernation sont considérées comme des stratégies de dormance conséquentielle (H.J. Müller 1970).