Trophallaxie

Trophallaxie : n.f.  La trophallaxie (du grec trophein : nourrir et allassein : échanger) est un mode de transfert de nourriture utilisé par certains insectes hyménoptères (Ordre d’insectes caractérisés par la possession de deux paires d’ailes membraneuses brillantes).
Les fourmis ouvrières, ainsi que les abeilles et les guêpes ouvrières possèdent deux estomacs ; le premier est destiné à la digestion de l’insecte lui-même. Lorsque l’un d’eux ingurgite de la nourriture, la majeure partie de celle-ci est stockée dans le second estomac, le jabot social, appelé également estomac social (*).
La trophallaxie consiste en une régurgitation de la nourriture (sève, nectar,…) redigérée contenue dans le jabot social afin de nourrir d’autres insectes de la colonie. Ce transfert ne concerne pas exclusivement les aliments mais permet également de communiquer des informations sur la source de nourriture partagée.

(*) Le jabot social est chez certains insectes (abeille, fourmi, guêpe,….) un deuxième estomac permettant de stocker de la nourriture prédigérée à l’usage exclusif d’autres ouvrières qui n’ont pas le temps, ni les moyens d’aller se nourrir elles-mêmes, ou encore des larves via la trophallaxie.
Néanmoins, si l’insecte vient à manquer de nourriture, elle piochera dans son jabot social.