Grangeon

Grangeon : n.m. Dans tous les vignobles de France, on trouve des petites constructions au milieu des vignes. Il s’agit généralement de simples cabanes. En Bugey, les terrains favorables à la culture de la vigne se trouvent rarement près des villages et des étables et le pressoir se trouve le plus souvent au milieu des vignes. Le grangeon du Bugey est l’abri pour le pressoir et les outils du vigneron. Le grangeon possède des murs de pierres droits, une charpente de bois, un toit de tuiles, parfois un étage mansardé. Les plus grands permettent d’abriter un cheval ou un mulet pendant la nuit1. Le vigneron s’en sert également de dortoir après les longues journées de travail dans sa vigne. C’était aussi le lieu de rassemblement lors de la vendange.
On trouve trace aux Archives départementales de l’Ain d’un marché passé en 1687 par Richard Gallet pour la construction d’un grangeon dans les vignes de Grandchamp, moyennant 685 livres. Une livre de 1684 équivaudrait à 15.50 € de 2014.
Rôle social : Par-delà ses fonctions techniques, le grangeon est un lieu où l’on se retrouve volontiers pour boire et chanter entre hommes. Isolés à flanc de coteaux ou formant (souvent) des petits hameaux solitaires extrêmement paisibles, les grangeons sont idéalement exposés et propices aux dégustations du produit de la vigne, à l’abri des fâcheux.
– Les vignerons bugiste fêtent la saint Vincent (22 janvier) au grangeon. C’est l’occasion de festoyer pendant plusieurs jours.
– A Saint-Denis-en-Bugey, des groupes d’hommes se réunissent pendant 2 jours et tous les soirs jusqu’à la saint Blaise (3 février) dans leurs grangeons. Ces «gueuletons» sont désignés en dialecte francoprovençal sous le nom de granzona.
Le grangeon bugiste tient donc également le rôle du carnotzet suisse (cave aménagée où l’on stocke et déguste du vin et des produits de terroir entre amis), avec toutefois l’avantage d’être assez éloigné du village et des femmes pour donner aux propriétaires un grand sentiment de liberté. Un ramequin dans un grangeon est une étape incontournable de toute visite dans le Bugey.
C’est le refuge des «bons vivants». Le gastonome Brillat-Savarin (originaire de Belley) aura son grangeon sur le coteau de Manicle, à Cheignieu-la-Balme, hameau de Contrevoz.

Les grangeons aujourd’hui : S’il reste encore des grangeons en Bugey, ils ne servent plus guère aux vignerons et certains n’ont plus vu de vignes depuis des dizaines d’années. La plupart ont été emménagés en résidences secondaires ou sont tombés en ruine.

Grangeon

Grangeon : n. m. abris temporaire pour les vignerons et leurs outils dans le Bugey et les Côtes du Rhône  disséminés au milieu des vignes.
Les grangeons sont aujourd’hui restaurés et souvent agrandis