Grappe

Grappe : n. f.  En botanique, la grappe (de l’ancien français crape, « agrafe », de l’ancien bas francique krappa, « crochet »), appelée aussi racème (du latin racemus, « raisin »), est une inflorescence simple, c’est-à-dire un ensemble de fleurs disposées selon un certain ordre sur un axe commun. C’est une inflorescence indéfinie, dans laquelle l’axe principal se termine par un bourgeon végétatif (non floral), à croissance potentiellement indéfinie, et des bourgeons floraux latéraux, dont le développement est proportionnel à leur âge, les fleurs étant portées par des pédoncules latéraux simples. La floraison commence par les fleurs de la base et se poursuit vers le sommet (ordre acropète), donnant à la grappe la forme caractéristique d’une pyramide. De ce fait, il est fréquent de trouver sur une même grappe, comme sur beaucoup d’inflorescences, tous les stades d’évolution de la fleur, des boutons en formation au sommet, des fleurs épanouies au milieu et des fruits déjà mûrs à la base.
La disposition des fleurs sur la tige suit les règles de la phyllotaxie, les angles de divergence étant les mêmes que ceux rencontrés pour la disposition des feuilles et des rameaux secondaires. Cette disposition est, dans le cas général, multilatérale. On peut rencontrer des grappes unilatérales : (le muguet de mai), ou bilatérales : (Genre Lathyrus, les gesses).
Dans le langage courant, la grappe évoque plutôt un fruit composé de petites baies, et en tout premier lieu celui de la vigne, le raisin. En réalité, d’un point de vue botanique, l’inflorescence de la vigne est un thyrse, c’est-à-dire une grappe de cymes (donc une inflorescence composée). La grappe de raisin dépourvue de ses grains s’appelle la rafle.
La grappe de raisin se compose de deux éléments :
–  la rafle, charpente de la grappe, partie ligneuse ramifiée avec sur l’axe central, le pédoncule sur lequel se rattachent les pédicelles.
Elle est constituée d’eau, de fibres végétales, de tannins et de matières minérales.
les grains de raisin comprenant la pellicule, la pulpe et les pépins.

Les raisins de nos vignes, on les a vendangés
Et ces grappes de morts dont les grains allongés
Ont la saveur de la terre et du sel
Les voici pour ta soif ô Paris sous le ciel

Guillaume Apollinaire (1880-1918), Vendémiaire in Alcools.