Tire-bouchon

Tire-bouchon : n. m. D’après le dictionnaire c’est un instrument en forme de vis servant à retirer le bouchon (en liège) d’une bouteille. Il suffit alors de visser la tige vrillée dans le bouchon et de tirer pour sortir ce dernier.

*Une mèche qui peut être ronde (en queue de cochon), déliée, pleine, cannelée…

 Depuis ce fameux jour de 1728 (année de naissance de James Cook) qui vit en Angleterre le tout premier bouchon (cork) extrait d’une bouteille grâce à cet ingénieux ustensile, combien sont-ils ces tire-bouchons à avoir été brevetés ? Au départ, le tire-bouchon est une invention anglaise. Il date de l’apparition du bouchon en liège qui commence à remplacer au XVIIIe siècle les broquelets, sorte de bouchons de bois enduits de suif qui étaient jugés moins sains et peu pratiques. Le premier brevet fut accordé à Samuel Henshall en 1795. S’il fallait situer l’âge d’or du tire-bouchon, ce serait le milieu du XIXe siècle. Jusqu’au début du XXe siècle, on enregistra plus de 300 brevets. Rien qu’en France, les archives du concours Lépine doivent en regorger un certain nombre, beaucoup de projets fantaisistes et d’autres sans doute révolutionnaires.
S’il fallait en dresser un catalogue et en partant du plus simple, on trouverait :

  • Tire-bouchon appelé aussi à queue de cochon. C’est le plus simple, celui que tout le monde connaît. Seul inconvénient, il requiert de la force car il n’a aucun appui sur la bouteille.
  • Tire-bouchon à levier reconnaissable à sa forme en bonhomme. Une fois le bouchon vissé, en appuyant sur les bras, il est facile alors (sans effort)  d’extraire le bouchon du goulot de la bouteille.
  • Couteau de sommelier appelé aussi limonadier, par les serveurs. C’est un tire-bouchon multifonction qui fait levier sur le goulot de la bouteille pour mieux enfoncer la vis dans le bouchon. Il permet aussi d’ôter la capsule d’aluminium de la bouteille et sert de décapsuleur.
  • Tire-bouchon à double levier. C’est le couteau de sommelier mais en plus perfectionné.
  • Tire-bouchon bilame. Pas de vis mais deux lames dont on insère la plus longue entre le bouchon et la bouteille. Par son extraction tout en douceur, c’est le tire-bouchon idéal pour des flacons anciens dont le bouchon est trop fragile pour être percé.
  • Screwpull. Appelé aussi Rabbit, ce type de tire-bouchon à levier et à crémaillère est une marque. C’est sans doute le plus technique, le plus « sans effort » et le plus encombrant des tire-bouchons. Un défaut : il ôte toute magie à cette cérémonie qu’est l’ouverture d’une bouteille.

Il en existe bien d’autres comme ce tire-bouchon à air (grâce à son aiguille creuse en inox, il instille l’air entre le vin et le bouchon) auquel il faut ajouter les tire-bouchons à gaz, pneumatique, électrique. Quelque soit le tire-bouchon utilisé, surtout ne pas transpercer le bouchon d’un bout à l’autre pour éviter que des miettes de bouchon viennent tomber dans le vin.

La seule arme que je tolère, c’est le tire-bouchon.

Jean Carmet, comédien français (1920 – 1994)