Vindigo

Vindigo : « Vindigo » est le nom d’un nouveau vin couleur azur, commercialisé en France durant l’été 2018. C’est un vin bleu, jeune et original, élaboré à partir du cépage 100 % chardonnay blanc.
Sa couleur bleue est obtenue par filtration du moût de cépage chardonnay dans de la pulpe de raisin rouge mélangeant deux pigments organiques et naturels, l’indigo et l’anthocyane.
Ce vin est très léger, avec une légère acidité et une touche sucrée.
Il est disponible dans de nombreux commerces et l’on en parle dans tous les journaux en ce mois d’août 2018, même en Angleterre et en Allemagne.
Il n’est pas élaboré avec un procédé de vieillissement, ne comporte aucun sucre ajouté et se conserve de préférence au réfrigérateur. Son degré alcoolique est de 11°.
Sucré et doux, plus que le goût et la qualité du vin, ce qui compte surtout, c’est que cette invention sonne comme un manifeste invitant à sortir des sentiers battus : c’est une manière réussie et innovante de promouvoir la créativité.
Considéré comme un vin d’apéritif, le vindigo se consomme nature ou frappé sur de la glace. Il se sert aussi façon « spritz » avec des framboises et du prosecco.
Désigné sur l’étiquette de la bouteille de « Vin bleu de Méditérranée » et boosté par l’effet « bleu » de la coupe du monde de football 2018, ce nouveau vin cartonne sur les plages et au bord des piscines, à tel point qu’il est déjà en rupture de stock chez la plupart des distributeurs.

Achetez ici et au meilleur prix du marché votre vindigo (qui devient introuvable, victime de son succès) :

Soupçons sur l'origine de la couleur bleue indigo du vindigo

Depuis la commercialisation fin juillet 2018 du vindigo, un vin bleu indigo venu d’Andalousie et vendu par une entreprise de négociants en vin à Sète dans l’Hérault, le produit suscite beaucoup de questions et s’attire les foudres de l’organisme de défense de l’IGP.
Des doutes d’abord donc, par rapport à son processus de fabrication. Le magazine scientifique Sciences et avenir s’interrogeait le jeudi 9 août 2018 sur la composition de ce vin mystérieux. Plusieurs scientifiques de l’Institut national de la recherche agronomique ( Inra) sont notamment sceptiques sur le procédé de macération : selon eux, il est difficile d’obtenir un vin bleu par une simple macération d’un Chardonnay blanc avec des peaux de raisin noir. Les scientifiques évoquent l’hypothèse de l’ajout d’un pigment bleu qui pourrait être utilisé pour colorer le vin sans qu’il n’en soit fait mention sur l’étiquette du produit.
L’ IGP ne veut pas du terme  » Méditerranée » : Le Vindigo s’est aussi retrouvé dans le viseur de l’organisme de défense de l’IGP ( Indication d’origine protégée). Le vin espagnol est commercialisé sous l’appellation  » vin bleu Méditerranée » et ce n’est pas vraiment du goût de l’organisme. Les experts contestent cette appellation.  » Nous avons demandé de retirer sur l’étiquette le terme vin de Méditerranée qui est présent et que nous avons pu constater dans différentes publications médiatiques ». L’IGP poursuit : « Nous avons demandé par ailleurs de ne pas utiliser le mot Méditerranée constamment dans ses pubs, c’est un mot qui est protégé du fait qu’il appartient à un site de qualité ». Suite à quoi les gérants ont assuré se mettre en conformité avec la réglementation. En attendant, naturel ou pas, méditerranée ou non, 35 000 bouteilles du Vindigo se sont déjà écoulées depuis la mise sur le marché.

Article de La Dépêche.fr du 13 août 2018