Cactacées

Cactacées : Les Cactacées ou Cactus ou encore Cactées  (Cactaceae) forment une famille de plantes à fleurs. Ce sont presque toutes des plantes grasses ou plantes succulentes, c’est-à-dire des plantes xérophytes qui stockent dans leurs tissus des réserves de « suc » pour faire face aux longues périodes de sécheresse.
Il ne faut pas confondre Cactus et plante succulente : toutes les plantes succulentes ne sont pas des Cactus. Ce sont des familles de plantes qui ont adopté les mêmes méthodes de lutte contre les périodes de sécheresse, comme les Asclepiadaceae ou les Crassulaceae.
Certaines plantes de ces autres familles, par convergence des formes d’espèces soumises aux mêmes contraintes, ressemblent fortement aux cactus. C’est le cas par exemple des euphorbes cactiformes comme Euphorbia canariensis.
Pour distinguer les vrais cactus des plantes qui leur ressemblent, il faut se reporter aux critères d’appartenance à la famille des Cactaceae. L’identification se fait par la présence d’aréoles, et, comme plus généralement en botanique, par les fleurs et les fruits.
Contrairement aux croyances populaires, les Cactacées ne sont pas considérées comme étant des arbres. Les cactus couvrent un large éventail de formes et de tailles. On en trouve des sphériques, cylindriques, en forme de pilier, avec des feuilles pointues ou en forme de raquettes appelées cladodes… Le plus grand est Pachycereus pringlei, avec une taille mesurée de 19,2 m, le plus petit est Blossfeldia liliputiana, d’1 cm de diamètre à sa taille adulte.
Le mot cactus vient du grec ancien κάκτος / káktos, désignant le chardon. Il a été utilisé comme le nom du premier genre de ces plantes par Carl von Linné, avant que de nombreux autres noms de genres en soient séparés. Il y a désaccord sur la forme du pluriel. Le pluriel grec est κάκτοι / káktoi. Quand le nom est latinisé, le pluriel est cacti. Cette forme est adoptée notamment en anglais. Le français, qui préfère ne pas utiliser les pluriels latins, dit « cactus » au pluriel comme au singulier.
La famille des Cactaceae est une famille de plantes dicotylédones qui comprend environ 2500 espèces réparties en près de 90 genres.
Cactus était aussi un nom de genre dans la classification binomiale codifiée par Carl von Linné. Il n’apparaît plus dans la classification actuelle que comme suffixe de certains noms de genre, tels que Echinocactus, Pterocactus, Stenocactus, etc.
Dans le langage courant, le mot cactus désigne souvent le figuier de Barbarie (Opuntia ficus-indica), plante naturalisée très commune sur les bords de la Méditerranée.
L’appartenance à la famille des Cactaceae se détermine par trois principaux critères :
– Les points végétatifs sont des aréoles, c’est-à-dire des sortes de dépressions dans l’épiderme, garnis de laine ou de duvet leur donnant l’aspect de petits coussins, d’où sont issus les segments ou rejets, les fleurs et les feuilles réduites que sont les épines, les glochides…

– L’existence d’aréoles est le critère le plus employé par l’amateur, d’abord parce qu’il n’est pas nécessaire d’attendre la floraison et la fructification pour les observer, ensuite parce que, contrairement aux deux autres critères, les aréoles n’existent dans aucune autre famille de plantes.
– L’ovaire doit être infère, c’est-à-dire qu’il doit être situé sous les pièces florales (sauf chez quelques cactus très primitifs comme Pereskia aculeata).
Le fruit doit être une baie à une seule loge, il n’existe pas de cloisons internes séparant les graines ou groupes de graines.
Un critère d’exclusion est la présence de latex à la cassure, il permet d’éliminer les plantes du genre euphorbe.
Les agaves, les Lithops, les euphorbes et les Pachypodium ne sont pas des cactus.

On peut distinguer six formes différentes :
– arborescentes : comparables à un arbre avec des branches, telles que les carnegiea ;
– arbustives : idem, mais avec des tiges plus fines ;
– colonnaires : sans bras, telles que les espèces du genre Cereus ;
– globulaires, avec des formes sphériques, voire cylindriques ;
– épiphytes retombantes, pour les quelques espèces de cactus épiphytes ;
– grimpantes : pour un très petit nombre d’espèces ;
Ce sont des plantes herbacées ou des arbustes, généralement à forme végétative très particulière, avec la fonction chlorophyllienne transférée aux tiges. Souvent épineux, pérennes, le plus souvent succulents, les cactus sont parfois épiphytes ou grimpants. L’aspect actuel des cactus s’explique principalement par l’adaptation aux conditions de sécheresse, à l’origine du développement de la fonction de stockage et de la réduction des surfaces d’évaporation.
Coupe de cactus en période humide et en période sèche.jpg
La fonction de stockage s’est traduite par un épaississement de la tige, et, pour quelques espèces, par le développement de racines tubéreuses (Pterocactus tuberosus par exemple). Elle explique aussi l’apparition des côtes ou une disposition des mamelons en spirale, qui permettent, un peu comme sur un accordéon, la dilatation et la rétraction du corps de la plante au gré des périodes de pluies et de sécheresse, sans déchirure de l’épiderme. La réduction des surfaces d’évaporation s’est traduite par un épaississement de l’épiderme, parfois même recouvert d’une sorte de cire, une diminution du nombre de stomates (pores permettant la respiration), et surtout, chez beaucoup d’espèces, la disparition des feuilles (voir évapotranspiration).
Quant aux épines, leur fonction est multiple : protection contre les animaux, captation de la rosée, protection de l’épiderme contre les ardeurs du Soleil, le vent desséchant ou le froid d’altitude, dissémination de l’espèce en s’accrochant aux toisons des animaux… (cependant, cette dernière hypothèse demeure encore du domaine des considérations théoriques)
Les fleurs de cactus sont parfois de grande taille. Comme les épines et les branches, elles poussent sur les aréoles. Beaucoup de cactus fleurissent la nuit. Leurs fleurs sont blanches ou très claires. Ils sont pollinisés par des papillons ou autres insectes nocturnes ou parfois par de petits animaux tels que les chauves-souris. À l’intérieur de la maison, c’est un choc thermique qui fera fleurir le cactus. Les fruits de certaines espèces sont comestibles (figuier de Barbarie).