Airelle

Airelle :  L’airelle (mot venant du dialecte franco-provençal, d’un dérivé en -ella du latin « atra », féminin de ater « noir ») est une baie rouge d’un arbrisseau, originaire des régions froides et montagneuses. A la saveur très acide, elle est riche en vitamine C et en pectine.
Les airelles sont des sous-arbrisseaux montagnards des régions tempérées du genre Vaccinium, de la famille des Éricacées. Le nom désigne également leurs fruits.
Autres noms communs de l’airelle : airelle rouge (Vaccinium vitis-idaea),  airelle  à gros fruits (Vaccinium macrocarpon), canneberge, bleuet (au sens québécois de myrtille d’Amérique), aradeck, atrès, macéret, mourlie, quéquénier, myrtille myrtilles (Vaccinium myrtillus), raisin de bruyère ou raisin des bois.
Description de l’airelle : Les airelles sont des petits arbustes de 20 à 50 cm de haut, phylogénétiquement apparentés aux bruyères, aux rhododendrons et aux azalées, à l’arbousier et à la busserole. Le nom désigne aussi bien le végétal que son fruit. Le nom « airellier » pour désigner l’arbrisseau est peu usité.
Habitat de l’airelle : Leur répartition géographique s’étend des zones circum-boréales aux montagnes des zones tropicales, notamment en Amérique du Nord et dans les massifs anciens d’Europe. Comme toutes les Éricacées, ce sont des plantes acidophiles.
Les feuilles de l’airelle : Les feuilles, coriaces, sont alternes, lancéolées, elliptiques, ovales ou arrondies, entières ou dentées. Le feuillage est généralement persistant, seules quelques espèces étant caduques.
 Les fleurs de l’airelle : Les fleurs éclosent au printemps et en été, solitaires, à l’aisselle des feuilles, ou en grappes axillaires ou terminales. Elles sont petites, cylindriques, globuleuses ou campanulées , vertes, blanches, roses ou rouges. Elles ont un calice formé de cinq lobes, une corolle en clochette à cinq lobes enroulés vers l’extérieur, dix étamines et un seul pistil.
Les fruits de l’airelle : Le terme airelle désigne aussi les fruits de la plante. Il s’agit de baies (ou plus précisément de pseudo baies) souvent sphériques, rouges, bleues — d’où le nom de bleuet — ou noires. Les baies étant comestibles, quelques espèces (notamment Vaccinium angustifolium, Vaccinium corymbosum, Vaccinium macrocarpon, Vaccinium oxycoccos et Vaccinium myrtillus, la myrtille) sont cultivées pour leurs fruits.
Les espèces courantes de l’airelle : Il existe plusieurs espèces : airelle, airelle à fruits rouges, airelle des bois, airelle à baie bleue.
Le genre Vaccinium regroupe plus de 400 espèces, dont les plus répandues sont :
– Bleuet à feuilles étroites
– Vaccinium macrocarpon (airelle à gros fruits, canneberge à gros atocas)
– Vaccinium oxycoccos (airelle canneberge, canneberge ou atocas)
– Vaccinium vitis-idaea (airelle vigne d’Ida, airelle rouge)
– Vaccinium myrtillus (la myrtille)
– Vaccinium uliginosum (airelle uligineuse ou Myrtille des marais)
– Vaccinium corymbosum (airelle en corymbe, bleuet cultivé). L’airelle en corymbe donne les baies les plus grosses, ayant facilement 2 cm de diamètre. C’est l’espèce la plus cultivée en Amérique du Nord, particulièrement dans l’est des États-Unis et du Canada.
– Vaccinium myrtilloides (airelle fausse-myrtille, bleuet à rameau velouté). L’airelle fausse-myrtille est un arbuste de 30 cm fréquentant les milieux secs au sol grossier ou les lieux humides, tels les tourbières. Elle partage souvent les mêmes habitats avec l’airelle à feuille étroite (Vaccinium angustifolium), avec laquelle elle est souvent confondue.

Production mondiales des airelles :

Production en tonnes. Chiffres 2014-2015
Données de FAOSTAT (FAO)

États-Unis 280 503 80 % 270 000 78 %
Canada 52 651 15 % 53 400 16 %
Biélorussie 8 000 2 % 10 000 3 %
Lettonie 8 000 2 % 8 000 2 %
Azerbaïdjan 2 000 1 % 1 500 0 %
Ukraine 1 000 0 % 1 000 0 %
Tunisie 50 0 % 50 0 %
Turquie 50 0 % 50 0 %
Total 352 254 100 % 344 000 100 %

Emplois culinaires de l’airelle : L’airelle sert à faire des compotes et des gelées sucrées, ainsi que des sauces et des condiments qui accompagnent les plats salés. Ainsi, au Danemark, l’oie du dîner de Noël est servie avec du chou rouge et une compote d’airelles. Les airelles au naturel accompagnent le gibier (râble de lièvre ou de lapin, chevreuil, biche, marcassin,…) et la viande bouillie et servent à préparer des mousses glacées (kissel) et des puddings.

Quelques préparations avec des airelles :