Asiminier

Asiminier : L’asiminier trilobé est un petit arbre de la famille des Annonacées (Nom botanique : Asimina triloba), originaire d’Amérique du Nord où on l’appelle pawpaw tree.
L’asiminier trilobé est un arbre qui mesure jusqu’à une dizaine de mètres, il peut atteindre 14 mètres de hauteur. Le tronc atteint une vingtaine de centimètres de diamètre. Son écorce, mince et lisse lorsqu’elle est jeune, devient plus rugueuse avec l’âge. De couleur brune, elle peut être tachée de gris notamment lorsqu’elle est jeune.
Les bourgeons sont recouverts de petits poils brun-rougeâtre ; les bourgeons terminaux sont plus grands que les bourgeons axillaires. Les rameaux grêles, recouverts de fins poils brun rougeâtre lorsqu’ils sont jeunes, portent de fines stries longitudinales. Ils deviennent glabres avec le temps.
Les feuilles, portée par un pétiole court (de 5 à 10 mm), sont caduques et de disposition alterne. Leur couleur est vert soutenu dessus, plus pâles en dessous. Simples, de forme oblongue acuminée, elles mesurent de 15 à 30 cm de long et ont un port retombant. Souvent couvertes d’un duvet brun rougeâtre, elles dégagent une odeur plutôt désagréable lorsqu’elles sont froissées. Chaque feuille présente environ 15 nervures secondaires par côté du limbe.
L’espèce est originaire de la partie est de l’Amérique du Nord, depuis le Canada (Ontario) et le nord-est des États-Unis (New Jersey, New York), jusqu’au sud-est des États-Unis (Floride, Louisiane).
Il pousse sur sols humides, dans les plaines ou les sous-bois.

Histoire de la plante : Les premiers écrits concernant les « pawpaws » datent du compte rendu de l’expédition de de Soto qui trouva en 1541 des tribus amérindiennes qui cultivaient le fruit à l’Est du Mississippi.
Le pawpaw était le dessert favori de George Washington et Thomas Jefferson en cultivait à Monticello.
L’asiminier est connu en Europe depuis la fin du XVIIIe siècle, mais n’y dépasse généralement pas la taille d’un arbuste.
La première description scientifique de cette espèce date de 1753 ; elle a été réalisée par le naturaliste suédois Carl von Linné dans son ouvrage Species Plantarum, où il la nomme Annona triloba. Le scientifique et mycologue sud-africain Christiaan Hendrik Persoon propose, en 1806, de transférer cette espèce dans le genre Porcelia dans son Synopsis Plantarum, mais cette proposition n’est pas retenue. En 1817, le botaniste et mycologue français Michel Félix Dunal transfère cette espèce dans le genre Asimina dans sa Monographie de la famille des Anonacées. Enfin, en 1838, les botanistes américains John Torrey et Asa Gray proposent un transfert dans le genre Uvaria dans A Flora of North America, mais cette nouvelle proposition n’est pas retenue.
Cette espèce présente plusieurs synonymes :
– Annona pendula Salisb.
– Asimina glabra Hort ex K. Koch
– Orchidocarpum arietinum Michx.

Emplois culinaires de l’asiminier :  Les fruits sont consommés aux États-Unis d’Amérique, soit frais, soit transformés en crèmes glacées, sorbets, yogourts ou pâtisseries. Ils sont parfois confondus avec la papaye à cause de leur nom vernaculaire en anglais, pawpaw ou papaw. C’est un fruit peu répandu en dehors des États-Unis. Il est très fragile et supporte, difficilement, le transport à condition qu’il soit cueilli avant maturité complète. Il est nécessaire de le conserver au réfrigérateur (il se conserve environ une semaine).
En 2012, des essais de transformation en eau-de-vie ont été réalisés par l’Agroscope de Wädenswil en Suisse, avec des résultats intéressants.