Cynorhodon

Cynorhodon : Le cynorhodon ou cynorrhodon est le réceptacle (ou baie) rouge renfermant les fruits (qu’on appelle à tort « graines ») de l’églantier ou rosier sauvage (famille des Rosacées – Nom botanique : Rosa canina. L., 1753). Le mot « cynorhodon » vient du grec kunorodon signifiant « rose de chien », par allusion à ses propriétés alléguées à l’époque de protéger contre les morsures de chiens enragés. Le nom botanique de la variété Rosa canina (rose de chien) renvoie lui aussi à cet usage médicinal tellement ancien qu’on n’en retrouve aucune trace dans les matières médicales des derniers siècles.
Dans certaines régions françaises, on l’appelle le gratte-cul, à cause des poils attachés aux fruits que les enfants utilisaient autrefois comme poil à gratter.
Les baies de cynorhodon étaient consommées par de nombreuses peuplades amérindiennes sur tout le territoire où il pousse. Elles étaient considérées comme un excellent aliment de survie dans la mesure où elles restent accrochées au plant tout l’hiver. On en faisait une décoction et chez certaines peuplades, une bière. En été, on consommait également les pétales des fleurs. Les Pieds-Noirs broyaient les baies et les mélangeaient avec du pemmican (de la viande séchée).
Aujourd’hui, en Suisse et dans le sud de l’Allemagne, on en tire une infusion très consommée avec des zestes ou une tranche d’orange. On en fait aussi de la confiture ou marmelade qui accompagne surtout le gibier.
Dans les pays de l’est, on en tire une huile très prisée.