Hibiscus

Hibiscus

Hibiscus : L’hibiscus (ou ibiscus) est un arbuste tropical à fleurs ornementales, dont une espèce est l’ambrette et dont une autre fournit un textile (famille des Malvacées – nom botanique : Hibiscus syriacus).
L’arbuste peut atteindre cinq mètres de haut et autant de large.
Le nom « Hibiscus » vient du grec hibískos, signifiant guimauve) est un genre de plantes à fleurs annuelles ou vivaces qui comporte plus de 30 000 variétés.
Ce sont des plantes connues depuis la haute Antiquité : elles étaient cultivées en Égypte et en Asie du sud-est pour leur caractère ornemental, mais aussi pour leurs fruits comestibles. Importées en Europe au XIIe siècle par les Maures d’Espagne, certaines espèces furent ensuite introduites en Amérique au XVIIe siècle par les esclaves.
Les feuilles sont alternes, simples, ovales ou lancéolées, à bord denté ou ondulé.
Les fleurs, généralement à symétrie centrale (actinomorphes), sont isolées ou groupées en inflorescences.
Le calice a cinq sépales libres ; la corolle cinq pétales libres ou légèrement soudés à la base.
Les cinq étamines sont soudées entre elles, formant un long tube. Le pistil possède assez souvent cinq ovaires et un long style passant à l’intérieur du tube des étamines. Le stigmate ne s’ouvre que lorsque les étamines sont flétries, permettant une fécondation croisée.
Les fruits sont des capsules qui s’ouvrent à maturité pour libérer les graines, souvent velues.
Les fleurs, monochromes ou bicolores, sont torsadées avant l’ouverture complète. Elles peuvent apparaître de mars à octobre si la plante est dans les conditions requises ; cependant, certains cultivars issus des sélections d’horticulteurs peuvent fleurir toute l’année. Il est normal que la fleur de H. rosa sinensis se referme et tombe au bout de 24 heures environ.
L’Hibiscus syriacus est la fleur nationale de la Corée du Sud. Appelée « Fleur d’éternité », (mugunghwa en coréen), elle illustre « l’esprit volontaire et modeste » du peuple coréen. Les Coréens ont prisé l’althéa comme une fleur céleste depuis le passé. Le royaume Silla (nom porté par la Corée au Ier siècle avant J.-C.) s’est aussi appelé le pays Mugunghwa. Ce même Hibiscus syriacus est aussi la fleur nationale de la Malaisie.
L’hibiscus syriacus, (appelé althéa ou ketmie) résiste sans problème dans un climat tempéré, jusqu’à -15 °C, -25 °C au Québec, à condition de lui offrir un endroit ensoleillé et abrité du vent. Il a l’avantage de garder ses feuilles en permanence (dans les régions chaudes) et de produire des fleurs tout l’été, parfois même en automne, en cas de climat favorable.
En Europe, les deux espèces les plus couramment cultivées sont l’hibiscus rosa-sinensis et l’hibiscus syriacus. D’autres espèces, vivaces ou annuelles, sont également cultivées, comme H. coccineus, H. moscheutos, H. palustris, H. trionum, etc.
L’hibiscus rosa sinensis, aussi appelé « rose de Chine » ou « fleur des belles dames » est une plante d’intérieur en Europe, sauf dans certaines régions particulièrement clémentes. Il faut éviter les courants d’air froid et ne jamais l’exposer à des températures inférieures à 5 °C, en sachant qu’en dessous de 10 °C, il commence à perdre ses feuilles et ne fait plus de fleurs en attendant le retour de la chaleur et surtout d’un ensoleillement suffisant.

Emplois culinaires de l’hibiscus : L’hibiscus est valorisé à des fins alimentaires et médicinales. L’Hibiscus sabdariffa (également appelé « Oseille de Guinée »), originaire d’Afrique de l’ouest, produit des pousses et des jeunes feuilles qui se mangent crues ou cuites comme des épinards.
Ses fleurs rouges, séchées puis infusées, sont utilisées pour des sauces et confitures ou pour la préparation du bissap, infusion et sirop produisant une boisson rouge, bue fraîche et très sucrée (parfois préparée avec de la menthe) en Afrique de l’ouest, notamment au Sénégal et en Mauritanie où une de ses appellations populaires en vogue est devenue « coc’Afrique » (« seille » en Guinée, « roselle » en Jamaïque ou « agua de Jamaica » au Mexique).
C’est une boisson riche en acide ascorbique (d’où son goût acidulé) et on lui prête des vertus diurétiques, sédatives et hypotensives, voire laxatives.
En Afrique de l’est et au Moyen-Orient, cette boisson est appelée karcadé (ou carkadé, karkadeh ; de l’arabe karkadayh). Elle est très prisée en Égypte, y compris pour ses vertus médicinales. Cette boisson y est bue froide ou chaude. Le karcadé est en vente dans les herboristeries et sur internet.
Les fleurs de l’hibiscus syriacus sont comestibles et ont des propriétés émollientes (= qui détend, ramollit les tissus). Elles étaient autrefois utilisées en médecine traditionnelle pour calmer la toux et guérir les angines.

Le fruit de l’espèce Hibiscus esculentus – déplacée depuis dans le genre Abelmoschus (Abelmoschus esculentus) – est appelé gombo. Voir Gombo.
Le gombo (ou akra) entre comme légume dans la composition de nombreux plats africains, asiatiques, du sud des États- Unis d’Amérique (Louisiane), d’Amérique centrale et d’Amérique du sud.