Lavande

Fleurs de lavande

Lavande : La lavande est un arbrisseau vivace (familles des Lamiacées – noms botaniques : Voir ci-après), aux fleurs d’un bleu-violet en épi, très odorantes, qui croît en abondance dans les terrains calcaires de Provence et des Alpes.
Il existe quatre grands types de lavande :

  • Lavandula augustifolia, c’est la véritable lavande. L. officinalis pousse à l’état sauvage en montagne à 1000 mètres d’altitude et plus, utilisée en parfumerie et médicinale.
  • Lavandula latifolia (ou lavande aspic, du fait des vipères qui se cachent dessous). C’est une grande lavande plus camphrée, elle pousse en garrigues méditerranéennes sèches à basse altitude. Elle est utilisée en parfumerie ainsi que pour la production d’huiles essentielles.
  • Le lavandin qui est un hybride (latifolia X officinalis), est stérile et se multiplie uniquement par bouturage. Il est également utilisé en parfumerie et huiles essentielles. Il est très cultivé, car il donne de bons rendements. On le reconnaît à ses épis fournis et réguliers (contrairement aux lavandes).
  • Lavandula stœchas (lavande des Maures, massif situé dans le département du Var) pousse en maquis dans les sols acides ou siliceux. Elle sert à produire des huiles essentielles et comme ornement.

Ce sont des arbrisseaux dicotylédones, à fleurs le plus souvent mauves ou violettes disposées en épis, dont la plupart des espèces, très odorantes, sont largement utilisées dans toutes les branches de la parfumerie. Elles poussent surtout sur les sols calcaires secs et ensoleillés, à l’exception de Lavandula stoechas, qui préfère les sols siliceux.
Toutes les lavandes sont des plantes mellifères, très recherchées par les abeilles.
C’est la lavande « vraie » qui fleurit en France en juillet entre 600 et 1 500 m entre montagne et soleil, dans le Vaucluse, les Basses Alpes, le Lubéron et la Haute Provence. Elle se distingue par ses touffes plus petites, chaque tige ne portant qu’un épillet.  C’est aussi la lavande dite « officinalis » dont les propriétés sont surtout calmantes, relaxante, cicatrisante.
Son huile essentielle, la plus subtile, est recherchée par les parfumeurs et les laboratoires pour sa finesse.

Histoire de la lavande : Venue de l’ouest du bassin méditerranéen, la lavande était déjà utilisée par les Romains pour conserver le linge et parfumer les bains. En Provence, la lavande fut utilisée au Moyen Âge, pour la composition de parfums et de médicaments, mais c’est à partir du XIXème siècle que sa culture se développa.
Ce genre botanique a été décrit pour la première fois en 1753 par le naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778).
L’essor de la production française d’huile essentielle de lavande fine est lié à l’implantation de parfumeries dans la région de Grasse. La mise en culture organisée systématique du lavandin, dans les années 1950, prit ensuite le relais.
La culture de la lavande du Quercy apparut également sur les derniers versants du sud-ouest du Massif central avant 1936 à Roquecor en Tarn-et-Garonne. Celle-ci atteignit son apogée dans les années 1950 et 1960, et seuls quelques cultivateurs perpétuent encore cette tradition.
Après plusieurs crises qui entraînèrent la chute de la production et une régression des cultures, les plantations furent relancées par la stabilisation des surfaces à cultiver et le développement des moyens de distillation.
De nos jours, la plus grande fête consacrée à la lavande en France est célébrée début août, depuis près de 70 ans à l’occasion du « Corso de la Lavande » à Digne-les-Bains et s’achève par un défilé de chars décorés de lavande.
Le phytoplasme du Stolbur a détruit 50% de la récolte française d’huile essentielle de lavande entre 2005 et 2010 la réduisant à entre 25 et 30 tonnes en 2011. La Bulgarie avec une production de 45 tonnes en 2010 et entre 55 à 60 tonnes en 2011 est devenue le premier producteur mondial de lavande avec 45 tonnes devant la France produisant de 25 à 30 tonnes à cette date. Les deux pays fournissent les trois quarts de la production internationale et entre 80% et 90% de l’huile essentielle de lavande bulgare est vendue en France.
Distribution de la lavande : Anciennement, les lavandes poussaient en Provence et dans quelques pays du bassin méditerranéen, puis la culture s’est répandue en Europe de l’Est (Bulgarie, Russie, Ukraine…) et même en Tasmanie ou encore au Canada où des plants mutés peuvent maintenant résister au gel.
Les lavandes « vraies » poussent à une altitude de 500 à 1 700 m. sur les versants ensoleillés des montagnes. La qualité des lavandes est réputée augmenter avec l’altitude. Elle est produite notamment à Sault, et elle est la principale activité agricole de cette zone du Vaucluse, mais on la retrouve également en Drôme provençale où elle est très bien représentée.
Des expériences ont été également menées en Quercy en 1936, où la culture de la lavande de population s’est implantée et développée dans le Lot et le Tarn-et-Garonne. L’ouvrage « les petites industries d’un département agricole » rédigé par André Pueyo (éditions Forestié à Montauban) reprit en 1946 l’historique de son développement pour relancer l’économie départementale de l’après-guerre. Ainsi des agriculteurs et des distillateurs produisirent la lavande du Quercy jusque dans les années 1970.
La lavande aspic, par contre, est récoltée dans le bassin méditerranéen entre 0 et 600 m d’altitude.
Les lavandes du groupe stoechas (ou lavande papillon) se développent sur tout son pourtour, notamment en Andalousie et dans la partie sud du Portugal.
Les lavandins sont les lavandes les plus cultivés (de 800 à 1000 tonnes d’essence par an) et les plus répandus, car ils sont les plus résistants. Ils se développent spontanément dans le sud de la France.

Emplois culinaires de la lavande : On la trouve en pâtisserie où elle parfume maintenant des crèmes, sorbets ou glaces. On peut faire infuser des fleurs de lavande dans du lait, utilisé ensuite pour la préparation de glace ou de crème à la lavande.
Des chefs cuisent au four leur agneau ou autre viande avec de la lavande séchée mélangée à d’autres herbes aromatiques de la garrigue.
Enfin, le miel de lavande est très estimé.
Dans certaines régions du Maghreb (Algérie), la Lavandula stoechas est utilisée dans quelques préparations culinaires, comme le couscous.
Les brins sont aussi utilisés dans les vallées (notamment celle de l’Estéron, près de Nice), afin de confectionner une liqueur particulièrement forte en bouche, dont on dit qu’elle a des vertus antiseptiques, digestives et calmantes.

Quelques préparations à base de lavande :

Achetez ici et au meilleur prix  du marché votre lavande :