Mandarine satsuma

Mandarine satsuma : La mandarine satsuma est le fruit d’un mandarinier (famille des Rutacées – Nom botanique : Citrus reticulata subsp. unshiu, anciennement Citrus unshiu), issu d’une mutation intervenue en 1429 au Japon.
Le fruit est une mandarine douce et généralement sans pépins, populaire au Japon sous le nom de mikan, nom utilisé également en France et en Belgique. Il est nommé satsuma mandarin ou unshu-mikan tangerine dans de nombreux pays anglophones, satsuma au Royaume-Uni, et mandarine ou tangerine au Canada, moins communément mandarine de satsuma ou orange de satsuma.
Les satsumas sont des mandariniers précoces et productifs ; les premiers fruits (cultivars Hashimoto et Miyamoto au Japon) sont récoltés de début septembre à décembre dans l’hémisphère nord, de mars à mai dans l’hémisphère sud, autrement dit 2 mois avant les mandarines méditerranéennes ou les ponkan. C’est pourquoi la grande culture des satsumas a rapidement gagné la Californie, la Floride, le Brésil, l’Espagne, l’Italie et le Maroc. Dans ces pays, elles sont récoltées vertes puisque les températures nocturnes sont encore régulièrement au-delà de 14 °C, puis traitées (déverdissement), généralement par le froid ou par l’éthylène, pour rendre la couleur du péricarpe orange, comme l’exigent les consommateurs occidentaux.
En Asie, les fruits sont souvent vendus verts, ou verts avec la base orange (la maturité de la pulpe est indépendante de celle du péricarpe chez les agrumes). À l’intérieur, la pulpe est d’un bel orange brillant. Couper ces satsumas vertes en deux est un plaisir pour les yeux. Leur consommation est toujours précédée d’une semaine au moins de repos après la récolte, en général à 20 °C, repos qui donne un fruit plus sucré, bien que la mandarine ne soit pas un fruit climactérique.
Les signes de maturité sont la base concave souple, le péricarpe brillant avec des pores ouverts, la densité élevée du fruit (fruit lourd). La sur-maturité s’observe quand le mésocarpe (l’écorce) n’adhère plus aux quartiers.
La mandarine satsuma n’est pas un ponkan (Citrus tangerina Tanaka), une mandarine hybride qui rappelle l’orange. La variété ponkan est plus tardive (décembre, janvier au Japon) et originaire de l’Asie tropicale, fréquente en Chine et également produite au Japon (cultivars Ota, Morita, Yoshida, et Imazu), et en grande culture à Taïwan où elle est populaire.
Acclimatation : En 1876, durant la période Meiji, les mikans ont été exportées aux États-Unis depuis la province de Satsuma, sur l’île de Kyūshū, au Japon, par l’épouse d’un membre de l’ambassade des États-Unis au Japon. Bien que les espèces soient originaires du Japon, elles ne le sont pas particulièrement de la province de Satsuma, elles sont cultivées dans tout le sud de l’archipel. Pourtant la ville de Satsuma, en Alabama, porte le nom de ce fruit.

Emplois de la mandarine satsuma : Les mandarines satsuma sont des fruits de table faciles à peler, souvent sans pépins, juteux ; se conservant bien, elles se mangent telles qu’elles. En cuisine, on utilise le jus et le zeste, dans les boissons (il existe des bières d’automne au jus de mikan), la cuisine sucrée (sorbet, pâtisserie) et la cuisine salée.
La peau (verte ou orange) des mandarines satsuma séchées et nommée chen pi (陳皮 en chinois et en japonais), est utilisée dans la pharmacopée traditionnelle chinoise, notamment en infusion contre les refroidissements ; elle est également un condiment, excellente séchée et pulvérisée avec du chocolat ou cuite avec du poulet dans le Hunan.

Voir Mandarine et Mikan.