Orange

Orange : L’orange est un agrume, fruit des orangers, des arbres de différentes espèces (famille des Rutacées ou d’hybrides de ceux-ci – Nom botanique : Citrus sinensis). L’orange est sphérique, à peau…. orange, parfois veinée de rouge, dont la pulpe acidulée, orangée ou rouge foncé, est divisée en quartiers, contenant ou non des pépins.
Originaire de Chine, cet agrume était vraisemblablement connu des Anciens ; les mythiques « pommes d’or » du jardin des Hespérides (*) étaient, semble-t-il, des oranges, mais des oranges amères, ou bigarades, que le héros Hercule dut aller cueillir au cours de ses douze travaux.

(*) Dans la mythologie grecque, le jardin des Hespérides, situé à l’extrême occident, était un jardin d’immortalité, un jardin réservé aux Dieux.
 Des sources d’ambroisie y coulaient et un arbre fabuleux y donnait des pommes d’or. Lors des noces de Zeus et d’Héra, Gaia (la Terre) en offrit à l’épouse, car ces fruits étaient gages d’immortalité et de fécondité. Ainsi, pour empêcher les mortels de venir dérober les pommes d’or, le jardin était farouchement gardé par Ladon, un dragon à cent têtes, et par les nymphes Hespérides, filles d’Atlas et de Pléioné.

Il existe plusieurs types d’oranges, principalement issus de l’espèce Citrus sinensis, comme les oranges sanguines, et les oranges amères produites par le bigaradier.
Comestible, elle est réputée pour sa teneur en vitamine C, bien que cette dernière ne soit pas particulièrement haute comparée à d’autres fruits et légumes. C’est le quatrième fruit le plus cultivé au monde.
Description de l’orange : L’orange est le fruit comestible de l’oranger. Comme son nom l’indique, elle est de couleur orange. Elle possède une peau épaisse et assez rugueuse. Elle se découpe en quartiers comme sa cousine la mandarine. L’orange est un fruit juteux, sucré, excitant et il contient de la vitamine C. On utilise ce fruit pour les salades de fruits, les confitures, ou pour consommer son jus.
Les oranges sanguines tirent leur nom de la couleur totalement ou partiellement rouge de leur chair. Cette coloration est due à la présence d’anthocyane, dont la synthèse démarre chez certaines espèces quand elles subissent un coup de froid. Les anthocyanes de l’orange sont à l’origine bleues mais virent au rouge en présence de l’acidité de l’orange.

Étymologie de l’orange : Le substantif féminin « orange » est un emprunt, par l’intermédiaire de l’italien arancio, à l’arabe nārang(a), lui-même emprunté au persan narang, de même sens.
Certains avancent que le mot « orange » viendrait de l’indien nagarunga qui signifie fruits préférés des éléphants.
D’après le Trésor de la langue française informatisé, la plus ancienne occurrence de « orange » est l’anglo-normand pume orenge qui se trouve dans les Commentaires sur le Cantique des Cantiques d’Alexandre Neckam, datés de vers 1200 ; l’ancien français pomme d’orenge est attesté dans la Chirurgie d’Henri de Mondeville, datée de 1314 ; puis orenge seul, par ellipse de pomme, est attesté dans le Ménagier de Paris, daté de vers 1393. L’ancien français pomme d’orenge serait un calque de l’ancien italien melarancio, -a.
L’arabe nārang(a) est également à l’origine de naranja en castillan ou encore aràngi en provençal. Pendant longtemps ces fruits remontèrent le Rhône jusqu’à la ville d’Orange, du latin Arausio qui a donné Ouranjo en provençal et Orange en français. Puis elles furent distribuées à partir du port fluvial de cette ville, d’où leur nom de pomme d’Orange, puis d’orange, peut-être aussi par amalgame d’Orange et d’arange.
On identifie souvent l’orange par un nom générique, tels « Sunkist » (États-Unis), « Jaffa » (Israël) ou « Outspan » (Afrique du Sud), les oranges qui répondent à certaines normes de qualité, de dimension, etc.

Typologie de l’orange : L’orange appartient au groupe des agrumes, comme le citron, la bergamote et le pamplemousse. Il existe de nombreuses variétés d’oranges parmi lesquelles :
– la bigarade.
– Jaffa, l’une des trois principales variétés produites au Moyen-Orient, principalement en Israël et dans tout le reste de la Palestine.
– Moro, sanguine.
– l’orange maltaise demi-sanguine et maltaise blonde.
– Navel, dont les sous-variétés Washington Nave et sa fille par mutation spontanée nommée Navel Late, la plus réputée pour la dégustation.
– Sanguines.
– Orange du Portugal.
– Valence.
– Salustiana, riche en jus (60 %) et sans pépin. Obtenue par mutation spontanée de Citrus sinensis au couvent de Benimuslen, Castellon de la Plana en Espagne.
– Ambersweet.
– Orange d’hiver ou orange Raphaela.
– Valencia Late avec 55 % de jus.

Histoire de l’orange : L’oranger est originaire de Chine. On peut distinguer deux grandes routes de pénétration de ce fruit en Europe. La route méditerranéenne fut empruntée, à l’époque des croisades (XIe siècle-XIIIe siècle), par l’orange amère ou bigarade : transmis par les Perses aux Arabes, ce fruit fut implanté en Andalousie, Sicile et pays Valencian, d’où il se diffusa vers le reste de l’Europe. Dans un second temps, à la fin du XVe siècle, les navigateurs portugais découvrirent l’orange douce en Chine et dans l’île de Ceylan, et la rapportèrent en Europe ; son succès finit par évincer l’orange amère.
Jusqu’à la première moitié du XXe siècle, l’orange était un fruit de luxe, et souvent offert comme cadeau de Noël et Saint-Nicolas (Pays-Bas) aux enfants. Sa culture en bac a longtemps été un symbole de pouvoir pour les aristocrates qui lui dédiaient des bâtiments spécialisés : les orangeries.

Emplois culinaires de l’orange : À l’achat, elle doit être bien ferme et lourde. Peu fragile, elle se conserve plusieurs jours à la température ambiante.
Les produits chimiques de traitement qui pénètrent dans la pulpe doivent être mentionnés. Ceux qui restent en surface ne s’éliminent pas au lavage : il faut donc acheter des oranges non traitées quand on veut utiliser le zeste ou l’écorce.
Le fruit est consommé frais, mais il est aussi utilisé dans d’innombrables recettes, comme le jus d’orange (54 % du marché des jus de fruits).
Fruit de dessert, l’orange est largement utilisée en pâtisserie, en confiserie et en chocolaterie : beignets, biscuits et gimblettes, confitures et marmelades, crèmes d’entremets, fruits givrés, génoises fourrées, comme l’orangine (Voir ce mot), glaces et sorbets, mousses, salades de fruits, soufflés. L’écorce confite intervient également dans de nombreux entremets et gâteaux, comme ingrédient ou comme décor.
La gamme des boissons est tout aussi variée : jus et orangeades, liqueurs et vins de fruits, punchs, sirops, sodas.
En cuisine, l’orange ajoute une touche inhabituelle aux sauces, aux vinaigrettes, aux légumes, aux salades de riz, de poulet ou de fruits de mer. Elle se marie bien avec le canard, le bœuf et le porc.
On peut confire le zeste et la chair de l’orange, la cuire en marmelade.
On en tire une essence utilisée en pâtisserie et en confiserie.

Quelques préparations culinaires salées à base d’orange :

Quelques préparations culinaires sucrées à base d’orange :

Quelques boissons avec et sans alcool à base d’orange :