Pêche plate

Pêche plate : La pêche plate est une pêche qui a été sélectionnée en Chine (famille des Rosacées – Nom botanique : Prunus persica (L.) Batsch forma compressa (Loudon) Rehder).
On l’appelle « pêche plate de Chine », « pantao » ou « peento » d’après son nom chinois pantao ou bian ta.
Son nom est associé aux pêchers légendaires, cultivés par la Reine-Mère de l’Occident, Xiwangmu et dont la consommation des fruits procurait l’immortalité. C’est pourquoi on la dénomme aussi xianguo  « fruit des Immortels », ou shoutao,  « pêche d’immortalité ».
Elle est aussi appelée « Paraguaya » en espagnol et parfois « doughnut peach » en anglais, en raison de sa ressemblance avec un beignet.
La pêche plate est une mutation de la pêche (P. persica Batsch.) qui s’est produite en Chine il y a environ 2000 ans. Le pêcher à pêches plates a tendance à fleurir plus tôt que les autres variétés de pêchers. Il produit des fleurs voyantes avec un pistil plus court que les étamines. Le fruit est doux (de 9,01 à 10,69 % de sucres solubles) et peu acide (moins de 0,4 %). Les pêches peuvent être à peau duveteuse ou à peau lisse, à chair blanche ou jaune, à noyau adhérent ou non.
Il existe plusieurs variétés en général peu productives sauf Fenghuapantao et Sahuahongpantao ayant de bonnes capacités productives.
Elle fut introduite en Europe en 1820 par l’Anglais Joseph Kirke sous le nom de pêche de Java (le noyau provenant alors de l’île de Java). Son introduction aux États-Unis s’est faite vers 1828 par William Prince. Ces arbres périrent, et il fallut attendre une réintroduction de cette variété par P.J. Berkmans pour voir à nouveau des pêches plates sur le continent américain, vers 1869.