Vanille

Vanille : La vanille est une épice constituée par le fruit de certaines orchidées lianescentes tropicales d’origine mésoaméricaine du genre Vanilla, principalement de l’espèce Vanilla planifolia (famille des Orchidacées, celle des orchidées, dont il existe environ 110 espèces, sur lesquelles trois espèces seulement produisent de la vanille, Vanilla planifola étant la plus connue
C’est une liane épiphyte : elle croît sur d’autres plantes sans en tirer sa nourriture par opposition à parasite.
« Vanilla pompona » est également susceptible de produire de la vanille, son fruit court lui valant aussi l’appellation de vanillon.
Quant à « Vanilla tahitensis », la vanille de Tahiti, les qualités agronomiques et aromatiques particulières de ce cultivar de Vanilla planifolia l’ont fait longtemps considérer comme une espèce distincte.
Les plantes qui produisent la vanille portent elles-mêmes le nom de vanille, ou parfois de vanillier. Ce sont les seules orchidées cultivées pour des raisons autres qu’ornementales.
La culture et la préparation de la vanille nécessitent, pour obtenir une épice richement aromatique, des soins longs et attentifs. Cela en fait, rapporté au poids, l’un des produits agricoles les plus chers au monde. Il se présente sous la forme de bâtonnets noirs et luisants, communément appelés « gousses de vanille ». Botaniquement, il s’agit cependant de capsules.
Appellations : Étymologiquement, le nom vanille dérive de l’espagnol vainilla, diminutif de vaina « gousse », lui-même issu du latin vagina dont sont issus en français « gaine » et « vagin » et qui signifie gaine, gousse, fourreau ou étui.
Dans la plupart des langues européennes, on désigne la vanille par des noms phonétiquement très semblables : vanilla en anglais, vaniglia en italien, wanilia en polonais, vanilje en suédois.
Description botanique : Souple et peu ramifiée, la liane de vanille, également appelée « vanillier », se développe par croissance du bourgeon terminal et forme de longues pousses qui peuvent s’élancer à l’assaut de leur support sur plus de dix mètres. Si la tige est cassée, les morceaux se bouturent très facilement, ce qui permet la multiplication de la plante, dans la nature comme en culture.
Les feuilles sont disposées de manière alternée de chaque côté de la tige. Elles sont planes, entières, ovales avec le bout pointu, environ trois fois plus longues que larges et peuvent mesurer jusqu’à une quinzaine de centimètres. La tige et les feuilles sont vertes, charnues, gorgées d’un suc transparent et irritant provoquant sur la peau des brûlures et des démangeaisons persistantes. Au nœud d’insertion des feuilles apparaissent souvent des racines aériennes qui permettent à la vanille de s’accrocher à son support ou le cas échéant à une bouture de s’enraciner.
Les fleurs groupées forment de petits bouquets à l’aisselle des feuilles. De couleur blanche, verdâtre ou jaune pâle, elles possèdent la structure classique d’une fleur d’orchidée.
La fécondation naturelle nécessite l’intervention d’insectes spécialisés, présents uniquement dans les forêts denses dont la vanille est originaire en Amérique centrale. Les responsables seraient des abeilles spécialisées dans le butinage des orchidées, les Euglossines, principalement l’espèce Euglossa viridissima et peut-être aussi Eulaema cingulata. Les Mélipones, notamment Melipona beecheii, considérées à une époque comme les fécondatrices de la vanille, semblent en revanche aujourd’hui écartées par les entomologistes. Après la fécondation, l’ovaire qui faisait office de pédoncule à la base de la fleur se transforme en une gousse pendante longue de 12 à 25 centimètres. Les gousses fraîches et encore inodores ont un diamètre de 7 à 10 millimètres. Elles contiennent des milliers de graines minuscules qui seraient libérées par éclatement des fruits à maturité si l’on ne veillait à récolter ceux-ci encore verts.

Distribution : La vanille vit dans les sous-bois des forêts tropicales humides. Elle était déjà reproduite par bouturage bien avant l’arrivée des conquistadores espagnols au Mexique. Aussi la quasi-totalité des pieds connus, même ceux qui poussent librement en forêt, sont des clones provenant d’exploitations actuelles ou de cultures abandonnées.
L’aire naturelle originelle de la vanille est donc assez mal connue. Elle s’étendrait sur une région couvrant pour parties le sud du Mexique, le Guatemala, le Belize et le Honduras, mais elle serait devenue rarissime à l’état réellement sauvage. Une trentaine de pieds seulement, par ailleurs très dispersés, sont actuellement identifiés comme tels.
La vanille est surtout connue comme plante à épice cultivée. C’est l’histoire de cette épice qui a contribué à diffuser la culture et à installer la plante dans la plupart des régions tropicales humides du monde.

Histoire de la vanille : L’histoire de la vanille est associée à celle du chocolat. Les Aztèques, et auparavant les Mayas, agrémentaient de vanille une boisson épaisse à base de cacao. Les Aztèques appelaient cette boisson, destinée aux nobles et aux guerriers, xocoatl. Ils ne cultivaient cependant pas eux-mêmes ni le cacao, ni la vanille, en raison d’un climat inadapté. Ces denrées de luxe provenaient d’un commerce avec les régions voisines. La connaissance agronomique de la plante qui produit la vanille leur faisait probablement défaut car ils appelèrent l’épice tlilxochitl, ce qui signifie « fleur noire » alors qu’il aurait été plus logique de la nommer « fruit noir ».
Ce sont les Totonaques, occupants des régions côtières du golfe du Mexique autour des actuelles villes de Veracruz et de Papantla, qui produisaient la vanille et en approvisionnaient l’empire aztèque. Selon la légende, la liane de vanille est née du sang de la princesse Tzacopontziza (ce qui peut se traduire par « Étoile du Matin ») à l’endroit où son ravisseur, le prince Zkatan-Oxga (c’est-à-dire « Jeune Cerf ») et elle-même furent rattrapés et décapités par les prêtres de Tonoacayohua, la déesse des récoltes. Le prince se réincarna en un vigoureux arbuste et la princesse devint la délicate liane d’orchidée enlaçant tendrement son amant. Les Totonaques appelaient la vanille et l’appellent encore aujourd’hui caxixanath, la « fleur cachée », ou plus brièvement xanat.
Les Espagnols découvrent la vanille au début du XVIe siècle à l’occasion de leur conquête du continent américain. Rien ne permet de croire que cette épice fut rapportée du passage en Amérique centrale des toutes premières expéditions continentales, notamment celles de Ojeda et de Nicuesa en 1509 ou de Núñez de Balboa au Panama en 1513, car aucun compte rendu n’a jamais été trouvé à ce sujet. Tout laisse en revanche à penser que la connaissance décisive de la vanille est effectivement liée à l’arrivée des Espagnols à Tenochtitlan, l’actuelle Mexico et à la rencontre en 1519 de Hernán Cortés avec l’empereur aztèque Moctezuma II, dont Sahagún décrit les mœurs et en particulier l’usage de la vanille pour parfumer son chocolat et à le déguster dans des gobelets en or.
Hernán Cortés fut sans doute le premier Européen qui goûta cette épice.
Malgré le soin que prirent les Aztèques pour cacher le secret de l’arôme de la boisson, les Conquistadores le découvrirent vite et, dès 1520 la vanille était importée en Espagne puis, à partir de 1604 en France où on l’utilisa couramment dans la préparation du café et du chocolat.
La première référence écrite connue à la vanille, ainsi que la première illustration, figurent dans le Codex de Florence, aussi connu sous le nom du Codex mésoaméricain Badianus, écrit par les médecins aztèques Martinus de la Cruz et Juannes Badiano en 1552. Cet ouvrage constitue à la fois la première référence concernant une orchidée du Nouveau Monde et le premier livre médical écrit aux Amériques.
Le commerce international ne prend de l’ampleur qu’à partir du XVIIe siècle. La vanille est introduite auprès de la reine Élisabeth d’Angleterre par son pharmacien, Hugh Morgan. Celui-ci en fait parvenir un échantillon à Charles de l’Écluse qui publie en 1605 pour la première fois en Europe une description naturaliste de la gousse en la dénommant Lobus oblongus aromaticus, l’écale allongée aromatique.
Pendant plus de deux siècles, aux XVIIe et XVIIIe siècles, le Mexique, en particulier la région de Veracruz, conserve le monopole de la vanille. Les Totonaques demeurent les premiers producteurs mondiaux jusqu’au milieu du XIXe siècle.
Toutes les tentatives de faire produire cette orchidée hors de son aire naturelle d’origine se soldent par des échecs. On ignore en effet jusqu’au XIXe siècle que des pollinisateurs indigènes jouent un rôle fécondateur indispensable à la formation du fruit.
La vanille suscite un véritable engouement en Europe. Elle est notamment de plus en plus appréciée à la cour de France. Sous le charme, Louis XIV décide de tenter sérieusement d’introduire la liane à l’île Bourbon. Les diverses tentatives réalisées sous son règne échouent.

Modes de culture et élaboration de l’épice : Pour croître, la vanille a besoin d’un climat chaud et humide, d’un support d’accrochage et d’un certain ombrage. Trois techniques de plantation sont principalement mises en œuvre, de la plus extensive à la plus intensive :
– en sous-bois, en utilisant les troncs des arbres comme supports.
– en culture intercalaire, par exemple entre les cannes à sucre.
– sous ombrière.
Les cultivateurs assurent le bouturage, contrôlent ou assistent le bon accrochage et veillent en particulier à replier la liane de telle façon que les futures gousses puissent se trouver à hauteur d’homme.
En dehors de son aire d’origine, la fécondation doit toujours être assurée manuellement fleur par fleur (en effet, l’insecte n’ayant pas été importé dans les pays où la culture de la vanille s’est répandue, la fécondation doit faire appel à l’homme).
Le procédé utilisé est toujours le même que celui découvert par Edmond Albius. On le pratique tôt chaque matin (car les fleurs ont une vie brève de quelques heures en début de journée) et par temps sec (car la pluie contrarie la formation du fruit).
La fleur est tenue délicatement d’une main, un doigt servant de point d’appui sous la colonne (la partie centrale de la fleur). Avec un instrument pointu mais non tranchant, une épine par exemple, on déchire le capuchon qui protège les organes sexuels mâles.
Avec ce même instrument, on redresse alors la languette (le rostellum) qui sépare les organes femelles de la partie mâle et l’on rapproche avec les doigts l’étamine porteuse du pollen vers le stigmate ainsi dégagé en exerçant une petite pression pour assurer un bon contact.
La transformation de fruits parfaitement inodores en une épice moelleuse et agréablement parfumée nécessite une préparation minutieuse et méthodique dont les principes ont été développés au Mexique de longue date. La méthode la plus simple, dite préparation directe, consiste à laisser mûrir la gousse en alternant les expositions à l’ombre et au soleil, mais les résultats sont insatisfaisants. On lui préfère donc la préparation indirecte commençant par un choc brutal qui tue la gousse, suivi d’une série d’opérations de transformation, de séchage et de tri qui durent près de dix mois avant d’aboutir au produit fini du bâton de vanille commercialisable.
Pour tuer la gousse, on peut pratiquer un passage au four, au froid, aux rayons infrarouges, à l’alcool, etc. Mais le moyen aujourd’hui le plus couramment employé est un bain d’eau chaude. C’est ainsi que débute le procédé élaboré en 1851 par le Réunionnais Ernest Loupy à partir des connaissances mexicaines et largement vulgarisé par David de Floris. Les étapes en sont les suivantes :
– Échaudage : des paniers d’osier emplis de gousses vertes de vanille (jusqu’à 30 kg par panier) sont plongés pendant trois minutes dans une eau portée à 63 °C ;
– Étuvage : les gousses sont aussitôt placées entre des couvertures de laine dans de grandes caisses pendant douze à quatorze heures ; ainsi maintenues au chaud, elles perdent leur eau, évoluent enzymatiquement et acquièrent leur belle couleur d’un noir chocolaté ;
– Séchage : pendant deux à six semaines, selon son niveau de qualité potentielle, la vanille est séchée quelques heures par jour d’abord au four (65 °C) sur des claies, puis au soleil, et enfin à l’ombre pour la meilleure qualité ;
– Mise en malles : l’affinage se fait pendant huit mois dans le long secret de malles en bois habillées de papier sulfurisé ; c’est durant cette période que l’arôme se développe ; les malles sont régulièrement visitées pour retirer d’éventuelles gousses moisies qui contamineraient les autres ;
– Calibrage : les gousses sont triées selon leur longueur, les plus longues sont les plus prestigieuses ;
– Conditionnement : traditionnellement, les gousses de même longueur sont bottelées, sinon elles sont ensachées.

De la fleur à la gousse : La vanille naturelle développe un parfum complexe formé de plusieurs centaines de composés aromatiques différents. Parmi ceux-ci, c’est cependant la molécule de vanilline (4-hydroxy-3-methoxybenzaldéhyde) qui forme et caractérise de manière dominante l’arôme de la vanille.
Le profil aromatique dépend des conditions de culture et de préparation mais aussi des variétés ou des espèces utilisées. Le vanillon et la vanille de Tahiti ont des teneurs en vanilline relativement faibles. Cependant, le vanillon dégage une forte odeur de coumarine. Quant à la vanille de Tahiti, riche en composés divers, elle bénéficie de la réputation d’une qualité supérieure à la Vanilla planifolia.

Production et consommation mondiales : La culture de la vanille s’est répandue dans diverses régions tropicales humides du monde. Deux pays, Madagascar et l’Indonésie, assurent cependant l’essentiel de l’approvisionnement mondial. Alors qu’au cours des années 1990, la production indonésienne était passée en tête, Madagascar a recouvré aujourd’hui sa position dominante.
À Madagascar, en 2004, la vanille faisait vivre 80 000 planteurs. Elle est surtout cultivée dans la région de Sava, au nord-est de l’île où l’on trouve 24 000 des 29 500 hectares plantés dans l’île. On recense les autres plantations pour 1 500 ha autour de Diego Suarez et pour 3 800 ha dans la région de Toamasina, le port par lequel les exportations de l’épice sont réalisées16. D’autres pays, de longue tradition vanillière, continuent à alimenter de manière plus modeste le marché mondial : le Mexique, les Comores et dans une moindre mesure, sur des créneaux haut de gamme, La Réunion et Tahiti. En revanche, les Seychelles ne produisent plus de vanille. L’île Maurice produit à nouveau de la vanille depuis quelques années. Pour Maurice, la production globale de vanille est estimée à environ cinq tonnes par an ; des projets sont en cours pour augmenter et rendre plus autonome la production locale (SEAR-Nord à Maurice). L’ensemble de l’île Maurice, à l’exclusion de ses cotes directement exposées aux embruns, bénéficie d’un climat et d’une hydrométrie favorables au développement et à la floraison des orchidées de Vanilla planifolia.
Les productions du Sud-Ouest de l’océan Indien peuvent prétendre à l’appellation vanille Bourbon, qu’elles soient originaires de Madagascar, des Comores ou de l’île de La Réunion. Dans cette région du monde, le régime des alizés impose une culture sur les côtes orientales, les côtes-au-vent, qui sont les plus humides.
À La Réunion, la production est concentrée le long de la côte-au-vent entre Sainte-Suzanne et Saint-Joseph. Dans l’archipel comorien, elle l’est à Anjouan et Mayotte. La culture de la vanille est à l’origine de l’implantation de Guerlain dans ces îles. Elle est l’une des seules ressources de celles de l’Union des Comores avec le clou de girofle, autre épice à partir de laquelle on peut éventuellement fabriquer de la vanilline.
De nouveaux pays se sont lancés ou relancés dans la production de vanille, tels l’Ouganda, la Tanzanie, (Voir Vanille givrée), l’État du Kerala en Inde, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les îles Tonga, etc.
Recherchant la diversification des revenus agricoles et un bon profit, ils se trouvent néanmoins confrontés aux incertitudes d’un marché très fluctuant pour un produit qui nécessite de plus un suivi précis et rigoureux tout au long de la filière pour aboutir à une épice de qualité.
La Chine produit également de la vanille dans la province du Yunnan.

Productions (tonnes) annuelles de vanille
source : FAOSTAT
1964 1974 1984 1994 2014
 Chine 0 0 0 400 900
 Comores 175 160 160 131 140
 Indonésie 150 300 520 1770 2387
 Madagascar 1050 2283 2277 1320 600
 Mexique 90 29 161 167 189
 Ouganda 10 10 10 20 70
 Polynésie française 100 21 6 13 43
 La Réunion 45 27 56 33 35
 Tonga 0 10 16 100 130

 

Concurrence des arômes industriels : En 1874, le Dr Wilhelm Haarmann, chimiste allemand, réalise la première synthèse artificielle de la vanilline à partir de coniférine extraite de la résine d’épicéa. Mais d’autres substances à noyau aromatique peuvent aussi servir de base à une synthèse de la vanilline. C’est en employant l’eugénol, extrait des clous de girofle que se développe la production et le commerce de la vanilline de synthèse.
La vanilline de synthèse prend alors peu à peu une place de plus en plus importante dans l’alimentation comme dans l’industrie de tous les produits parfumés. Grâce à son faible coût de production, elle permet de populariser universellement l’arôme de la vanille, mais en imposant en même temps à la vanille naturelle une concurrence sans merci. On estime actuellement la production mondiale de vanilline industrielle à environ 12 000 à 15 000 tonnes par an, alors que toute la vanilline naturelle qui pourrait être extraite de la production commerciale mondiale de vanille représente moins de 50 tonnes par an.
D’autres procédés industriels de fabrication de la vanilline ont de plus permis de tirer profit de matières premières de moins en moins chères : synthèse pétrochimique, synthèse à partir de la lignine des résidus de papeterie, oxydation de la curcumine extraite du curcuma ou préparation biotechnologique par fermentation contrôlée des résidus de pulpe de betterave des sucreries.
Parce que la molécule est chimiquement la même que celle présente dans la nature, la vanilline produite industriellement est qualifiée d’« arôme identique-nature ».
En application de la réglementation européenne, la vanilline peut être signalée comme ingrédient alimentaire par la simple mention d’« arôme », alors qu’en droit américain il faut parler d’arôme artificiel (artificial flavouring). Dans tous les cas, en revanche, l’appellation d’ « arôme naturel » est réservée à l’emploi de vanille ou d’extrait de vanille.
Les fabricants de produits alimentaires s’évertuent cependant à suggérer l’idée de vanille, même quand il n’y en a aucune trace naturelle, soit par des formules sans valeur juridique du type « saveur vanille » ou « goût vanille », soit par des illustrations fantaisistes de fleurs de vanille ressemblant le plus souvent à des jonquilles.

Emplois culinaires de la vanille :
La demande de vanille est très diverse, pour :
– l’industrie agro-alimentaire, qui représente 80 à 85 % de la demande mondiale, avec les chocolatiers industriels, les glaciers industriels comme Nestlé ou Unilever et les fabricants de sodas. Ainsi, la seule décision de Coca-Cola de proposer sa boisson gazeuse parfumée à la vanille a suscité une hausse de 10 % de la demande mondiale. Or, la recette originale utilise déjà de la vanille naturelle. L’entreprise est devenue dès lors le plus grand consommateur au monde ;
– les particuliers, les artisans chocolatiers et glaciers, les cuisiniers, les pâtissiers ;
– l’industrie du cosmétique fabriquant des parfums et autres produits de soins.

Achetez ici et au meilleur prix du marché vos gousses de vanille :

Les préparations culinaires à la vanille : La vanille est surtout employée en pâtisserie, pour aromatiser des crèmes, des pâtes à biscuit, des glaces, des compotes, es fruits pochés, des entremets, etc., en confiserie et en chocolaterie.
Les desserts sucrés :

Préparations salées à la vanille : En cuisine, elle relève une soupe de poissons, la cuisson des moules ou de certaines viandes blanches (porc, lapin, veau), voire une crème de légumes.

Les boissons et les cocktails vanillés :