Carangue (poisson)

Carangue (poisson) : Un carangue est un poisson de mer, communément nommée carangue à grosse tête (Nom scientifique : Caranx ignobilis). C’est une espèce de poisson marin démersale (*) de la famille des Carangidae.
En fait, le terme « carangue » désigne plusieurs espèces de poissons océaniques de la famille des Carangidés (Carangidae).
Le carangue est un poisson solitaire qui pendant les migrations se regroupe en banc. Durant son ascension contre le courant, il marque des pauses et l’ensemble du banc forme des rondes dans le sens horaire. Ce phénomène ne trouve pas de signification, peut-être la reproduction.
Les pêcheurs sous-marins attirent ces carangues en faisant un bruit de glotte, imitant le gloussement de détresse d’une carangue blessée, comme cela se pratique avec plusieurs espèces de carangues. Les carangues à grosse tête, de par leur taille, sont des poissons puissants, qui se débattent avec force lorsqu’ils sont fléchés. Elles ont alors tendance à tenter de gagner des eaux de faible profondeur pour se réfugier sur les hauts fonds coralliens, au risque de s’échouer sur le récif en tentant de rejoindre le lagon.
Cette espèce est également pêchée à la traine, ou de nuit à la ligne de fond avec un appât vivant. Sa taille et sa résistance en fait une prise recherchée en pêche sportive. Elle a donné naissance en Australie et à Hawaii au GT popping (GT sont les initiales de Giant Trevally, son nom en anglais), une pêche sportive avec relâche des spécimens capturés.
Ces poissons sont généralement commercialisés frais ou plus rarement séchés et salés. Cette espèce est parfois élevée en aquaculture pour être commercialisé, ou conservée dans les grands aquariums publics.
En Polynésie française, la chair de ces poissons aurait été réservée aux arii, la noblesse régnante, selon les témoignages et les récits anciens, ainsi que la présence d’arêtes de cette espèce près des marae (**). Elles avaient la réputation de n’être jamais toxiques, mais plusieurs rapports récents signalent des cas potentiels d’empoisonnement par la ciguatera (***), en particulier chez les individus de très grande taille.

(*) Démersale : La zone démersale comprend l’eau proche des côtes ou des fonds qu’ils soient marins ou d’eau douce, par opposition à la zone pélagique (relatif à la haute mer) qui est la partie des mers ou océans comprenant la colonne d’eau.
(**) Marae : lieu sacré qui servait aux activités sociales, religieuses et politiques dans les cultures polynésiennes précédant la colonisation.
(***) La ciguatera (vulgairement « gratte » en Nouvelle-Calédonie) est une forme particulière d’ichtyosarcotoxisme (du grec ichtyos : poisson, sarcos : chair, toxicon : toxique), c’est-à-dire une intoxication alimentaire par les chairs de poissons contaminés par la microalgue benthique Gambierdiscus toxicus présente dans les récifs coralliens.