Foutou (cuisine africaine)

Foutou (cuisine africaine) : Le foutou est un plat traditionnel africain.
C’est un mets très apprécié en pays Akan notamment au Ghana et en Côte d’Ivoire. Il se présente sous la forme d’une boule dense fabriquée à partir  de manioc , de banane plantain presque verte ou d’igname et qui se mange avec une sauce ou un ragoût en accompagnement. C’est un plat originaire de Côte d’Ivoire.
Préparation et tradition : Le légume est bouilli à l’eau, puis égoutté et pilé longuement dans un mortier à l’aide d’un grand pilon (généralement en bois d’acacia). Le geste répétitif (souvent rythmé et même chanté) est précis, la boule est retournée et humectée d’eau tiède tandis que le pilon est relevé, pour donner une pâte lisse, qui est ensuite façonnée en petits pains ou en une grande galette.
La préparation de plusieurs boules est nécessaire pour une famille. La préparation de ce mets est l’occasion d’une réunion conviviale, traditionnellement le matin, durant laquelle on parle, on pile et l’on cuisine sur un foyer à feu de bois.
D’après une enquête de 1999, le foutou banane est particulièrement populaire en Côte d’Ivoire à Abidjan et dans l’Est, le foutou igname dans l’Est et le Nord, et le foutou manioc dans l’Ouest. À la capitale, le foutou constitue l’un des « invariants de la gastronomie populaire abidjanaise ».
Ces boules de pâte lisse accompagnent une viande en sauce à base d’arachides, de feuilles de brousse, de gombo, d’aubergine ou de graines de palmier, préparations appelées respectivement sauce arachide, sauce feuille, sauce gombo, sauce claire ou sauce graine.
Les sauces, qui sont presque toujours des ragoûts très riches et relevés, sont faites soit de viandes et de légumes (oignons, tomates, laurier et piment, mijotés dans de l’huile avec des bettes, de l’arachide, des pois chiches cuits, du ragoût de mouton et du porc en petits morceaux ou de poulet), soit de poisson et de légumes (graines de palmier, chair de crabe, aubergines, gombos, piments, bananes vertes et filets de poisson).

Le nec plus ultra de l’art culinaire ivoirien voudrait que l’on prépare de la viande de brousse, généralement une cuisse d’agouti ou d’aulacode (*), en sauce graine pour accompagner le « foutou plantain » (fait de banane plantain).
(*) Agouti et aulacode : Gros rongeurs africains, dont la viande est très appréciée localement.