Gâteau des Rois

Gâteau des Rois : Le gâteau des rois est une pâtisserie traditionnelle du jour de l’Épiphanie. À cette occasion, un « roi » ou une « reine » est désigné par le hasard, grâce à une fève glissée dans le gâteau.
Ce rituel remonte sans doute à l’époque romaine ; lors des fêtes en l’honneur de Saturne (les saturnales), tous les interdits étaient transgressés, et le « roi d’un jour » était tiré au sort à l’aide d’une fève dissimulée dans une galette.Le gâteau des Rois est une sorte de brioche de forme torique (*), parfumée à l’eau de fleur d’oranger et recouverte de sucre en grains et de fruits confits traditionnellement dégustée dans le Sud de la France et la Péninsule ibérique à l’occasion de l’Épiphanie. Ce gâteau est également appelé galette des Rois ou royaume.
(*) Torique : qui a la forme d’une moulure ronde.

Actuellement, il existe en France deux grandes traditions pour le gâteau des Rois : dans le Nord, à Lyon et dans la région parisienne, c’est une galette feuilletée, parfois fourrée de frangipane, alors que, dans le Sud, c’est un gâteau brioché, souvent garni de fruits confits ou parfumé à l’eau-de-vie ou à la fleur d’oranger.
Le gâteau des Rois est principalement consommé dans certaines régions traditionnellement de langue d’oc alors qu’on préfère la galette des Rois à la frangipane dans le reste nord du pays.Le gâteau des rois est consommé principalement en Provence, en Aquitaine historique (jusqu’au Poitou) en Gascogne et Languedoc (il se nomme en occitan Reiaume, corona dels Reis ou tortèl dels Reis), en Catalogne (tortell de Reis), en Espagne (roscón de reyes), et au Portugal (bolo rei).Une tradition similaire existe à La Nouvelle-Orléans qui aurait été exportée de la France. C’est le King cake.Histoire du gâteau des rois : L’origine des gâteaux des rois semble être liée aux Saturnales romaines. Ces célébrations étaient dédiées au dieu Saturne, afin de fêter l’augmentation des jours après le solstice d’hiver. Lors de ces cérémonies était fait un gâteau rond fourré de figues, de dattes et de miel, divisé en parts égales entre les maîtres et les esclaves. À l’intérieur du gâteau était introduite une fève, et celui qui avait la chance de la trouver dans son morceau était nommé roi.Cette tradition est parvenue en France par l’intermédiaire de la papauté d’Avignon où le premier tirage des Rois eut lieu à la fin du XIVe siècle au couvent des dominicains.Cette brioche ronde et parfumée à la fleur d’oranger est décorée de fruits confits qui sont censés représenter les joyaux de la couronne. Terre de soleil et de vergers, la Provence est tout naturellement devenue la terre de prédilection des fruits confits, et Apt sa capitale. En 1348, le Pape Clément VI donna même la charge « d’écuyer en confiserie » au confiseur aptésien Auzias Maseta.
De nos jours c’est le plus jeune de l’assemblée qui ferme les yeux ou se place sous la table et on lui désigne chaque part de gâteau afin qu’il l’attribue à un convive.

Il y a deux fèves dans le gâteau :
– sujet, en porcelaine, qui représente traditionnellement un personnage de la crèche ;
– la fève proprement dite.
Celui qui tire la fève est le roi, le petit sujet est pour la reine, dans certains cas celui qui tire la fève doit payer le prochain gâteau.
Le gâteau des rois traditionnel du Mexique, appelé Rosca de Reyes, fait l’objet d’une inscription à l’Inventaire du patrimoine culturel immatériel en France. En effet, si les pratiques liées au gâteau des rois sont traditionnelles du Mexique, elles furent ramenées en France par les mexicains de Paris et des grandes villes. Ainsi, les traditions liées à la Chandeleur et au gâteau des rois sont encore très suivies dans les milieux mexicains de la capitale française.
La couronne est préparée aux alentours de l’Épiphanie. Elle est composée d’une pâte briochée et de fruits confits. Sa forme ovale symbolise le chemin des Rois mages, et les fruits les pierres précieuses de leurs couronnes. Dans la couronne est cachée une fève en porcelaine ou en plastique représentant le petit Jésus. Pour les Mexicains de Paris, il est important que la fève soit mexicaine, ainsi ils l’achètent au Mexique et la conservent à Paris d’une année sur l’autre. Cette fève joue un rôle important dans la tradition de la couronne des rois puisque la personne qui la trouve dans le gâteau sera chargée de préparer les tamales, plat typique de la Chandeleur au Mexique, et d’inviter toutes les personnes présentes lors de la dégustation de la rosca à l’Epiphanie. Cette même personne devra également porter une image de l’enfant Jésus à l’église le jour de la Chandeleur pour rappeler la présentation du Christ au temple. Les rituels de l’Epiphanie et de la Chandeleur sont très liés entre eux. La rosca est consommée le jour de l’épiphanie (ou le week-end qui suit) en famille ou entre amis à l’occasion d’un goûter.

Voir Galette des Rois.