Huile d’olive : Provenance – Production et Consommation

Provenance de l’huile d’olive : Dans l’Union Européenne, la mention d’une provenance est obligatoire pour les huiles d’olive vierges et vierges extra depuis 2002. Les mentions de provenance autorisées sont limitées à la mention du pays d’origine, ou d’une aire géographique reconnue (AOC, AOP, DOP, IGP). Il est interdit de porter dans l’étiquetage une mention du département ou de la région s’il ne s’agit pas d’une aire d’appellation (par exemple il est interdit de mentionner « huile d’olive du Var » ou « huile d’olive d’Andalousie » car ces régions ne correspondent pas à des appellations enregistrées). Néanmoins, quel que soit le pays de l’Union Européenne duquel provient l’huile, il peut n’être mentionné sur l’étiquetage que la provenance européenne, ce qui apporte peu de précision. Le conditionneur est libre d’apporter plus de précision en citant le pays membre précis, si cela présente un avantage pour la commercialisation. L’origine de l’huile d’olive est définie par le lieu de récolte des olives et le lieu de transformation. Ainsi, la mention « Huile d’olive de France » signifie que l’huile a été obtenue d’olives récoltées et triturées en France.
Il existe en France sept appellations d’origine protégée (AOP), selon la législation européenne :
huile d’olive de Nyons AOC ;
huile d’olive de la vallée des Baux-de-Provence ;
huile d’olive d’Aix-en-Provence ;
huile d’olive de Haute-Provence ;
huile d’olive de Provence ;
huile d’olive de Nice ;
huile d’olive de Corse – Oliu di Corsica ;
huile d’olive de Nîmes.
Il existe aussi une Appellation d’origine contrôlées (AOC), en cours de demande pour la reconnaissance en AOP : huile d’olive de Provence.

Production mondiale de l’huile d’olive : En 2015, La production mondiale d’huile d’olive s’est élevée à 3,098 millions de tonnes (source FAO-Stats).
Selon la Commission européenne, en 2012-2013, alors que le secteur oléicole européen est affecté par une hausse de la production mondiale qui se traduit par une baisse mondiale des prix, l’UE a produit 73 % de l’huile d’olive vendue dans le monde, et aurait consommé 66% de la production mondiale.
Pour la campagne 2014/2015, la Tunisie est le premier exportateur d’huile d’olive au monde, détrônant ainsi, le leader mondial, l’Espagne. Le volume des exportations tunisienne est de 300 mille tonnes et génère des recettes record de 2 milliards de dinars (MD).
La production d’huile d’olives peut fortement varier d’une année à l’autre en raison de problèmes météorologiques ou d’invasions de nuisibles.

Production d’huile d’olive par pays en 2015 :

Pays Production pour la saison 2013/2014
(tonnes)
Production pour la saison 2014/2015
(tonnes)
Espagne 1 615 000 618 200
Italie 399 200 415 500
Grèce 294 600 357 900
Tunisie 182 000 220 000
Turquie 191 000 195 000
Syrie 198 000 175 000
Maroc 120 000 100 000
Algérie 39 500 66 000
Portugal 76 200 59 200
Jordanie 19 500 21 500
Israël 13 000 18 000
Argentine 32 000 17 000
Égypte 9 000 16 500
Palestine 15 500 15 500
Libye 15 000 15 000
Chine 21 500 15 000
Liban 14 000 14 000
Albanie 7 000 12 000
Brésil 15 500 9 500
Chypre 6 500 5 600
France 3 200 5 100
États-Unis 4 000 5 000
Croatie 4 000 4 000
Iran 7 000 3 500
Australie 3 000 3 000
Monténégro 500 500
Slovénie 500 200

Consommation de l’huile d’olive : La France importe plus de 95 % de sa consommation, environ 90 000 tonnes, principalement d’Espagne, d’Italie et de Grèce. Elle réexporte cependant une part de ses introductions vers la Belgique, les États-Unis, l’Allemagne, où la consommation a très fortement augmenté ces dernières années. Les exportations d’huiles d’olives françaises sont mineures.
Ces statistiques de consommation sont établies en kilogrammes d’huile par habitant et par an (source COI) :

Pays Consommation (1 000 tonnes)
Italie 710
Espagne 560
Grèce 220
Syrie 160
Algérie 145
Maroc 130
Turquie 128
France 120
Portugal 98
Tunisie 90
Allemagne 51,2
Brésil 42,5
Libye 35