Palombe

Palombe : La palombe est un pigeon ramier, dans le sud et le sud-ouest de la France et le nord-ouest de l’Espagne.
La palombe désigne une population bien particulière de pigeons sauvages, voir même dans l’esprit de certains, une sous-espèce précise.
La palombe ou pigeon ramier (Nom scientifique : Columba palumbus) est la plus grande et la plus commune des espèces de pigeons européens : il pèse de 460 à 570 grammes, son envergure est de 75 à 80 centimètres et sa longueur de 40 à 42 centimètres.
Sur le terrain, les appellations de la palombe changent selon qu’on se trouve dans une palombière landaise, une du col de Bigorre, une pantière basque ou à Orgambideska : ramiers, rouquets, bisets, roussottes, pigeons, urtzoaque.
La palombe est répandue aussi bien en forêt que dans les espaces urbains et ruraux. La colonisation des grandes villes est plus récente que celle réalisée par le pigeon biset. Les pigeons ramiers reviennent au nid initial de génération en génération pendant des dizaines d’années.
Les populations ouest-européennes du pigeon ramier sont erratiques et sédentaires, tandis que les populations du nord et de l’est sont migratrices. La population britannique ne quitte son île qu’exceptionnellement à l’occasion, rarissime, d’un enneigement prolongé.
Les populations migratrices au long cours franchissent les Pyrénées pour hiverner dans la péninsule Ibérique, où elles s’alimentent de glands dans la « dehesa ». Ce sont ces populations migratrices au long cours qui supportent l’essentiel de la pression de chasse lors de leur migration à l’automne et, depuis quelques années, sur leurs lieux de stationnement hivernal. Elles sont en forte diminution, tandis que les populations « erratico-sédentaires » semblent se maintenir ou progresser.
Le ramier est l’un des oiseaux les plus chassés en Europe. En 2015 en France, il figurait au premier rang du Tableau de chasse (cynégétique) annuel avec 5 250 000 unités.
Voir Pigeon.
Voir aussi Palombe sous Argot de bouche.

Emplois culinaires de la palombe : La palombe est consommée surtout en salmis (surtout au pays basque où elle s’appelle usoa) ou rôtie aux herbes de Provence ou au lard.
On la trouve aussi confite, en fricassée ou rôtie au four ou à la cocotte, puis flambée.