Touron (confiserie)

Touron (confiserie) : Le touron (turrón en espagnol, torró en catalan) est une confiserie espagnole à base de miel, de sucre, de blanc d’œuf, et d’amandes entières ou pilées. Il se présente sous la forme d’une tablette rectangulaire ou circulaire de diverses tailles.
L’origine du mot est incertaine. Certaines propositions étymologiques le rattache au catalan torrar, du latin torrere (« faire griller ») ou encore à terra, terró signifiant « (motte de) terre », en allusion à la couleur du produit).
On trouve des références écrites dès le Moyen Âge au Royaume de Valence, où il était une sucrerie propre aux très riches et aux jours de fête. Par exemple, on sait qu’on l’avait mangé au mariage de la fille du roi Jacques Ier. Le plus ancien est celui dit dur, qui à l’origine était fait soit à base d’amandes soit de noisettes, et dont on appréciait la finesse et légèreté en contraste avec le croquant. Sa consommation à l’époque était répandue dans les territoires catalans, comprenant le sud de l’actuelle Italie, l’Aragon et les îles du nord-ouest de la mer Méditerranée.
Une spécialité de la méditerranée : Aujourd’hui, le touron est répandu dans toute l’Espagne et se mange surtout pendant les fêtes de Noël, quelques fois accompagné de neules (biscuits légers catalans), pendant la sobremesa (dessert en espagnol), soit après avoir mangé les plats, les desserts et le café.
Le touron a des influences arabes et juives mais il s’agit surtout d’un nougat très méditerranéen, étant donné qu’on trouve des produits plus ou moins similaires autour de tout le bassin méditerranéen, où l’utilisation du miel et des amandes et fruits secs en général aux desserts est très typique.
Évidemment, on peut trouver facilement des petits gâteaux et sucreries à base d’amandes par exemple au Portugal et en Andalousie, aux Alpujarras, et dans les provinces de Grenade et d’Almería, et encore plus dans les endroits où la culture des amandes est importante. On trouve du très bon touron artisanal par exemple à l’île de Minorque.
Le touron praliné au miel est une confiserie typique du Roussillon en France. Fabriqué à partir d’un touron croquant aux amandes, il est réduit en une pâte très fine puis subit une seconde cuisson permettant d’exprimer les arômes d’amandes et de miel. Ce produit a un aspect huileux dû au fort pourcentage de fruits secs, fondant en dégustation.
On en trouve aussi en Italie (Voir Torrone), avec des productions en Abruzzes, Calabre, Campanie, Lombardie, Marches, Molise, Piémont, Vénétie, Sardaigne et Sicile.
Les principales variétés de touron : Turrón de Jijona et Alicante : trois variétés principales :
– Le torró tou (tendre, mou), avec DAO de Xixona (catalan) ou Jijona (espagnol) : à base d’amandes en poudre, il forme un nougat mou, de couleur marron, très sucré et huileux.
– Le torró dur (dur) : il y a la DAO d’Alacant (cat.) ou Alicante.
– La DAO Agramunt (catalan et espagnol) : à base d’amandes entières, il ressemble un peu au nougat occitan et à l’halva, mais il a plus d’amandes et il est plus dur à couper, surtout ceux de mauvaise qualité qui n’ont pas assez de fruits secs (amandes ou parfois des noisettes). Le guirlache et les chouchous sont considérés aussi des produits de la même famille.
Puis, on trouve :
– La torta imperial : La Torta Imperial est une autre variété très commune qui ressemble au touron dur mais se présente sous la forme d’un disque entre deux oublies.
– Le touron du Pays basque est uniquement composé de pâte d’amandes diversement colorée.
– Le Turrón de Casinos : Autre variété, valencienne, de torró tou et torró dur.

On appelle également touron toute une variété de sucreries de Noël ressemblant au touron traditionnel, mais à base d’autres ingrédients comme la noix de coco, la crème catalane, les fruits confits ou le chocolat.
Consommation : En 2015, les Espagnols ont consommé une moyenne de 580 grammes de touron par personne, le total des ventes dépassant les 27 400 tonnes.

Voir Nougat et Torrone.

Achetez ici et au meilleur prix vos tourons :