Batterie de cuisine

Batterie de cuisine : locut.  Une batterie de cuisine est l’ensemble du gros matériel de cuisson, des ustensiles et des accessoires employés pour préparer et faire cuire les aliments.
– Histoire : Les premiers pots et coupes étaient en terre et en bois, puis apparut l’airain. Les Hébreux se servaient de marmites métalliques et de fourchettes rudimentaires à deux dents pour piquer les aliments. Ces ustensiles connurent un net perfectionnement avec les Grecs : outre la poterie d’argile, ceux-ci employaient des vases de bronze, de fer et d’argent, la plupart du temps coniques et assez profonds, et des poêles, ancêtres des nôtres, qu’ils posaient sur des trépieds, au-dessus des braises. Les Romains héritèrent de ce matériel et le perfectionnèrent, tout en inventant des accessoires à vocation très précise. Les cuisines romaines disposaient d’un four maçonné et d’un évier à écoulement d’eau. Les ustensiles gaulois étaient plus rudimentaires (chaudrons, crémaillères et écuelles), mais des formes nouvelles apparurent avec les Mérovingiens, qui travaillaient le bronze avec art.
Il faut attendre l’époque des croisades pour que l’Europe découvre les aiguières, les plateaux et les « vaisseaux » richement ouvragés. Au Moyen Âge, le fer forgé sert à fabriquer tous les accessoires de la cheminée, et de multiples objets spécialisés se révèlent indispensables.
La plupart des ustensiles de base dont nous nous servons existaient déjà sous la Renaissance, mais le perfectionnement technique et l’apparition de nouveaux matériaux – sans parler de l’imagination des fabricants – ont beaucoup diversifié la batterie de cuisine moderne.

Batterie de cuisine classique :

Ustensiles pour la préparation : Ils sont pratiquement tous indispensables :
– une planche à découper, la coutellerie de cuisine, un fusil, une lardoire, une aiguille à brider ;
– une râpe, une passoire, un chinois, une essoreuse à salade, un fouet, un moulin à légumes ;
– des spatules et des cuillères en bois, une louche, une écumoire, un entonnoir, un ouvre-boîte, un tire-bouchon, un décapsuleur ;
– un presse-agrumes, un bol à mélange, un rouleau à pâtisserie, une poche à douille et ses douilles, une roulette à pâte ;
– des boîtes de rangement en plastique, du papier sulfurisé, de la feuille d’aluminium, du film alimentaire.

Ustensiles pour la cuisson : Certains d’entre eux sont interchangeables ou remplaçables :

– une grande marmite, éventuellement deux de tailles différentes ;
– un faitout et une cocotte (grande et ovale pour cuire les volailles) ;
– un autocuiseur ;
– une plaque de cuisson, éventuellement à revêtement antiadhésif ;
– une sauteuse et deux poêles (une grande et une petite)
– une bassine à friture ou une friteuse électrique ;
– une série de cinq casseroles (de 12 à 24 cm) et leurs couvercles
– un plat à gratin et un plat à four ovale ;
– des ramequins et des plats à œufs en porcelaine à feu
– deux terrines à pâté (une grande et une petite) ;
– des moules à pâtisserie (au minimum un cercle à tarte et des moules à cake, à manqué, à charlotte et à savarin) ;
– une bassine à confitures et son écumoire
– un couscoussier ou un cuit-vapeur ;
– un réchaud à fondue et son caquelon .
– Petits appareils électroménagers : Ils facilitent le travail en cuisine :
– un batteur-mixeur et ses accessoires (voire un robot multifonction) ;
– un hachoir ; un moulin à café éventuellement, une sorbetière.
– Ustensiles nouveaux et ustensiles oubliés : La cuisine venue d’ailleurs a fait connaître les premiers, les seconds sont de moins en moins utilisés. La découverte de certains plats étrangers a introduit dans la batterie de cuisine des ustensiles nouveaux, tels le tagine marocain, le wok chinois et le hibachi (barbecue de table) japonais, sans en oublier d’autres, moins exotiques (plat à paella, poêle à blinis, machine à pâtes, machine à pain).
Inversement, des objets traditionnels des campagnes ont tendance à disparaître (poterie de terre, claies, faisselles).

Voir aussi Batterie de cuisine sous Argot de bouche.