Cassole

Cassole : n.f.  Une cassole est un récipient en terre cuite de différentes dans lequel on cuit lentement le cassoulet, qui en tire directement son nom.
Le mot « cassole » est typiquement occitan et vient de « cassolo » (du latin catinum plat en terre creux et du grec Kyathion écuelle, assiette en terre creuse et épaisse).
Ainsi, conformément à ses origines anciennes, la cassole actuelle est un récipient en terre cuite de type grésale. Récipient à tout faire, la grésale, fabriquée en plusieurs dimensions répondait aux multiples usages domestiques. La cassole, c’est objet local par excellence dont la création revient aux potiers d’Issel, a été fabriquée à partir de la terre d’Issel. Sa forme tronconique, vernissée intérieurement, servait à la confection du « Fevolat » puis du Cassoulet de Castelnaudary.
La cassole est « vernissée » à l’intérieur pour la rendre non poreuse.
Le village d’Issel est situé dans le canton Nord de Castelnaudary, à 8 kms de la ville. Le plat mythique local à tout simplement pris le nom du récipient dans lequel il cuisait.
Cette grésale spéciale pour le Cassoulet, la Cassole, est donc spécifiquement conçu à Issel, car la terre de Castelnaudary ne convenait pas. Elle date, en Lauragais, du 14ème siècle. Le poète Auguste Fourès l’affirme dans sa chanson occitane « Le Cant des poutiès » parue en 1876 dans la revue des Langues Romanes : » Salut, poutario Lauragueso ! Auras cinq cents ans l’an que ven  » (Salut, poterie lauragaise, tu auras 500 ans l’an prochain).
Contrairement au métal, très conducteur de la chaleur, la terre cuite de la cassole a un caractère isolant (barrière thermique) qui favorise la cuisson lente et la répartition uniforme de la chaleur au sein du plat en évitant les surchauffes locales notamment contre la paroi (fond du plat au contact de la sole surchauffée). Véritable creuset à réactions allant au feu, la cassole présente la nécessaire propriété de pouvoir supporter sans risque de fêlure la chaleur du four ou de la cheminée.