Protéine

Protéine : n.f.  Une protéine (du grec « protos » qui signifie « substance principale ») est un composé organique azoté et constituant essentiel de toute cellule vivante. Les protéines, ou protides, sont des molécules géantes élaborées à partir de vingt acides aminés de base, dont huit ne sont pas fabriqués par l’organisme.
Ces substances contiennent de l’azote, gaz dont le corps fait une grande consommation ; elles sont présentes dans tout le corps, dans toutes cellules vivantes. Les protéines apportent des éléments essentiels, non produits par le corps, les acides aminés. Les protéines sont indispensables à la croissance et au renouvellement cellulaire.
Elles permettent la constitution, la croissance et le renouvellement de la peau, des organes, des muscles, des cheveux, des ongles. Elles jouent un rôle dans les processus d’immunité.
Dans les régimes hypocaloriques, elles sont précieuses car elles ont un effet de satiété avec un apport calorique moindre.
Certaines d’entre elles servent de structure de soutien pour les tissus et les liquides biologiques, d’autres interviennent dans la synthèse des enzymes et des hormones. La valeur biologique des protéines dépend de leur bon équilibre en acides aminés : elle est plus élevée dans les produits animaux que dans les végétaux. L’apport énergétique de 1 g de protéines est de 4 Kcal ou 17 kJ. Un régime alimentaire équilibré doit associer les apports de protéines d’origine animales et ceux d’origine végétale, les premières étant riches en cholestérol et les secondes en fibres et en vitamines.

Origines des protides : Les aliments d’origine animale les plus riches en protéines sont les viandes et les poissons (del 5 à 24 g pour 100 g), les fromages (de 15 à 30 g), le lait (3,5 g) et l’œuf (13 g), institué protéine de référence.
Les protéines d’origine végétale proviennent essentiellement des céréales (de 8 à 14 g) et des légumes secs (8 g environ). Le soja en contient également.
La ration idéale en protéines devrait s’élever à 1 g par kilo de poids et par jour, dont plus de la moitié d’origine animale.
Les protéines ne peuvent être stockées, l’excès est toujours brûlé. Elles calment bien la faim, contrairement aux glucides rapides, qui ont tendance à la stimuler.

Consommation des protides : La consommation de protéines est à surveiller dans le cadre des régimes alimentaires car une carence conduit à une perte de la masse maigre (muscles et viscères), ce qui n’est pas souhaitable.
L’excès de protéines est dangereux pour les reins, car ils les fatiguent, cela pouvant aller jusqu’à l’insuffisance rénale et à terme un risque de dialyse. Attention aux compléments alimentaires. Les sportifs qui les utilisent pour augmenter leur masse musculaire doivent le faire sous surveillance médicale.
Dans le cas d’un régime végétarien, veiller avec soin à combiner les éléments protéiques d’origine végétale ou lactique, pour éviter les carences en acides aminés essentiels.