Verre et verrerie

Verre et verrerie : locut.  Un verre est un récipient à boire et contenu d’un verre (boire un verre d’eau). Le verre naît d’un mélange de sable siliceux, de carbonate de soude et de carbonate de chaux, chauffé à 1500 °C. Il peut prendre toutes les formes, être gravé, coloré, doré. Il appartient aux arts de la table et représente un emballage alimentaire de grande qualité. Quand on l’additionne d’oxyde de plomb, il devient cristal, un verre très limpide, à la sonorité claire lorsqu’il est fin.
Histoire : L’invention du verre serait due aux Phéniciens, mais ce sont les Égyptiens qui développèrent sa fabrication. En coulant de la pâte de verre autour d’un noyau d’argile, ils obtenaient des petits vases, des flacons, des gobelets qui pouvaient contenir des parfums et des onguents. Plus tard, les Romains imaginèrent de souffler dans cette même pâte de verre en fusion à l’aide d’un tube de métal pour créer des récipients plus importants. Cette méthode sera appliquée par les verriers pendant près de 2000 ans.
À partir du XVIIIe siècle, les progrès techniques vont transformer le destin du vin. Les verriers anglais parviennent alors à produire des verres plus épais et plus résistants pour la fabrication des bouteilles et découvrent le verre au plomb, le flint glass, l’ancêtre du cristal. La cristallerie Saint-Louis est créée en Lorraine en 1767, bientôt suivie par celle de Baccarat. Toutefois, c’est au XIXe siècle que le verre entre dans l’ère industrielle avec l’apparition des machines semi-automatiques, qui permettent désormais d’obtenir des verres et des bouteilles en plus grand nombre et moins chers.

Les verres et le vin : Pendant longtemps, les cristalliers ont dessiné des verres excentriques qui se voulaient beaux, mais ignoraient le vin. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas : un verre ne doit pas passer avant le vin, mais au contraire le mettre en valeur.
Il y a encore vingt ans, il était de bon ton de présenter sur la table des services complets avec verre à vin blanc, verre à bordeaux, verre à bourgogne, qui ne tenaient guère compte du plaisir du vin. Avec le développement de la sensibilité de la dégustation, les spécialistes et les œnologues ont étudié des projets de verres plus adaptés.
Ces « nouveaux verres » ont une jambe — ce que l’on appelle couramment le pied — assez haute pour faire rouler facilement le vin et le tenir sans le chauffer.
Le pied du verre à alsace est de couleur vert-bouteille, accentuant ainsi les reflets verts du vin d’alsace.
La paraison, le contenant lui-même, est suffisamment élevée, sans être excessivement évasée. L’ouverture est assez grande pour que le nez et la bouche y pénètrent en même temps, mais pas trop large pour que les arômes ne s’échappent pas. Enfin, le bord du verre est fin comme une coquille d’œuf, pour que le contact avec les lèvres (le « buvant », disent les spécialistes) soit le plus délicat possible.

Selon l’usage, les verres se placent en haut à droite de la grande assiette en partant du plus petit jusqu’au plus grand (car en vertu d’un très ancien principe : les solides à gauche et les liquides à droite de l’assiette).
Il existe aussi des verres destinés à la dégustation des vins (verres INAO)
La forme du verre INAO a été spécialement étudiée dans le but de concentrer les arômes et répond parfaitement à tous les critères pour bien décrire la robe du vin. C’est le verre le plus utilisé par les professionnels de la dégustation.

Le verre à dégustation des eaux-de-vie (en forme de tulipe allongée), des verres à bords droits et sans pied pour le whisky, des chopes pour la bière et des verres à cocktail de toutes les formes : : verre shot, de très petite contenance, idéal pour les cocktails à boire d’un seul trait ; verre martini (ou à cocktail), recommandé pour les short drinks servis sans glaçons dans le verre ; verre rocks (ou old-fashioned), utilisé pour servir les short drinks avec glaçons ou glace pilée ; verre highball (ou Collins), pour les long drinks ; verre toddy, conçu pour résister aux cocktails chauds.
Notons que le verre à vin et la flûte à champagne peuvent aussi être utilisés pour servir certains cocktails.
Quant au verre à mélange, indispensable à la préparation des cocktails servis sans glace, c’est un grand verre à bords droits muni d’un bec verseur et dont la capacité varie de 60 à 70 cl.

A quoi reconnait-on un bon restaurant ? Les verres à vin y sont plus gros que les verres à eau.

Frédéric Beigbeder, écrivain français.

Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire.

Guillaume Apollinaire (1880-1918) dans Nuit rhénane