Verre (matériau)

Verre (matériau) : n.m.  On peut distinguer deux définitions du « verre » . La première est la définition au sens commun : Le verre est un matériau ou un alliage dur, fragile (cassant) et transparent à la lumière visible, à base d’oxyde de silicium (silice SiO, le constituant principal du sable) et de fondants : c’est le cas du verre sodocalcique utilisé pour les vitrages. Cette définition commune était la définition aussi adoptée par la communauté scientifique, il y a encore un siècle. Cela est assez logique, puisqu’il y a encore un peu plus d’un siècle, les verres silicatés étaient pratiquement les seuls matériaux transparents que l’on savait produire industriellement. Les verres les plus produits actuellement restant des verres silicatés transparents (fenêtres, vaisselles, verrerie de laboratoire…) cette définition persiste. Néanmoins, le développement de nouveaux matériaux transparents, depuis un siècle, a rendu cette définition désuète et source de confusion (particulièrement parce qu’il est difficile pour le tout un chacun de s’assurer qu’un matériau fragile et transparent est bien d’une part réellement dur et d’autre part réellement fait de silice). L’exemple le plus flagrant est le verre de lunettes: on les appelle « verre » alors qu’ils ne répondent pas à cette définition. Ils ne sont ni particulièrement dur, ni à base de silice (ce sont des matériaux organiques). On parle également de « perles de verres », pour des matériaux produits depuis plus de 3000 ans même si ces perles ne sont pas du tout transparentes (l’aspect vitreux suffit à leur attribuer le nom de verre). La laine de verre n’a aucune nécessité d’être transparente, elle peut donc être juste translucide, voire noire (de même pour la mousse de verre). On nomme donc « verre » dans le langage courant des objets qui n’en sont pas fait, au sens de la définition commune du verre. À l’inverse, certains matériaux correspondent parfaitement à la définition commune du verre… sans en être: le quartz cristallin ou certaines céramiques sont des matériaux silicatés, durs, fragiles, transparents dans le visible… mais ce ne sont pas des verres.
Aujourd’hui, la communauté scientifique donne une autre définition du verre, moins confuse :
Du point de vue physique, le verre est un matériau amorphe (c’est-à-dire non cristallin) présentant le phénomène de transition vitreuse. En dessous de sa température de transition vitreuse, qui varie fortement avec la composition du verre (plus de 1000°C pour la silice vitreuse, moins de 40°C pour le sélénium amorphe), le verre se présente à l’état vitreux. Aujourd’hui, un grand nombre de solides amorphes sont regroupés sous le nom de verre. Ainsi, on fabrique non seulement des verres minéraux, mais aussi des verres organiques et même des verres métalliques.