Mandarine

Mandarine : La mandarine est un agrume. C’est le fruit du mandarinier, un arbre originaire de Chine (famille des Rutacées – Nom botanique : Citrus Reticulata).
Le mandarinier est un petit arbre aux feuilles simples vert foncé brillant. Il est originaire d’Asie du Sud-Est (Chine et Viêt Nam). Il n’est connu en Europe que depuis le début du XIXe siècle.
Il est cultivé en Espagne, en Algérie, Tunisie au Maroc et aux États-Unis. Dans les zones trop froides, on le greffe sur le Poncirus (espèce d’oranger trifolié) afin qu’il puisse supporter les hivers plus rudes.
La mandarine commune est progressivement remplacée par ses hybrides dépourvus de pépins, notamment la clémentine (hybride de l’orange douce et de la mandarine) qui représente à elle seule 80 % du marché des petits agrumes en France.
Les 20 % restants sont en majorité occupés par des hybrides, principalement la clemenvilla (croisement de tangelo et de clémentine) et les ortaniques (hybrides de tangerine et d’orange.
Le fruit d’un diamètre de 5 à 8 cm est sphérique et légèrement aplati à ses deux pôles.
Sa chair, sucrée et a un parfum très spécifique, est l’une des moins acides parmi les agrumes, mais elle a de nombreux pépins. Son écorce est fine, d’une couleur rouge-orangé.
Peu énergétique (40 Kcal ou 167 kJ pour 100 grammes), elle est riche en eau (88 %), en potassium (200 mg pour 100 grammes), en calcium (33 milligrammes), en vitamine C (30 milligrammes) et en acide salicylique.
Une mandarine se divise généralement en une dizaine de quartiers. Un quartier est parfois appelé un éclat, une cuisse ou, dans le Périgord, une « perne », voire une « fesse » dans l’Est de la France.
La mandarine a plusieurs appellations, certaines faisant référence à des hybrides. La plupart des mandarines précoces sont de la variété japonaise satsuma (Voir Mandarine satsuma) qui comprend environ 200 cultivars. Les mandarines de pleine saison sont principalement les méditerranéennes et les hybrides tropicaux asiatique « ponkan » appréciés en Inde, au Brésil…
Les clémentines, réputées sans pépins et au gout fin, plus tardives, représentent la variété la plus importante sur le plan commercial en Europe. La mandarine peut s’éplucher avec les doigts, en commençant par le sommet du fruit. Les quartiers peuvent être séparés sans perdre de jus. Ces qualités en font un fruit facile à consommer.

Voir Mandarine satsuma et Mikan.
Voir aussi Mandarine sous Argot de bouche.

Emplois culinaires de la mandarine : La mandarine est présente sur les marchés de la mi-décembre à mai. Généralement dégustée nature, elle est également confite et employée en cuisine et en pâtisserie comme l’orange ; on peut relever sa saveur, dans les emplois sucrés, avec du kirsch ou de la vieille fine. Son écorce, quant à elle, sert à élaborer des liqueurs.
Les utilisations de la mandarine sont identiques à celles de l’orange. Elle est notamment appréciée comme fruit de bouche. L’écorce et le jus sont utilisés dans les boissons (liqueurs, condiments, bière, etc.), en cuisine salée et sucrée.
La peau de la mandarine peut également être utilisée dans des préparations médicales, en particulier dans la médecine traditionnelle chinoise.
La mandarine se conserve environ une semaine à température ambiante. On peut doubler ce temps en la plaçant dans le bac à légumes du réfrigérateur.

Quelques préparations culinaires salées à base de mandarine :

Quelques préparations culinaires sucrées à base de mandarine :