Complexité

 Complexité : « Complexité » est un des mots les plus usités dans le vocabulaire récent de la dégustation, et plus encore dans les comptes-rendus organoleptiques des journalistes et des sommeliers.
Un vin est d’acception automatiquement plus ou moins complexe, ce qui ne signifie pas que le mot est inutile. Parmi les deux catégories de vins, nous rencontrons deux sortes de vins, les jeunes, fruités, gouleyants dont on apprécie immédiatement les arômes ; les vins d’un certain âge qui passent souvent dans le chêne et qui se transforment au cours des années, développant des bouquets évolutifs. Des premiers, vous devinez facilement la nature aromatique. Les seconds ont une personnalité plus difficile à cerner, riche, secrète, une combinaison de plusieurs arômes fondus. Ce sont ces caractéristiques aromatiques multiples qui en font un vin nécessairement complexe.  Le mot complexité est donc facile à avancer, mais de déterminer, d’analyser d’où provient cette complexité est une autre affaire.
Comme le dit avec humour Bernard Pivot dans son Dictionnaire amoureux du Vin : « Mais vous pouvez vous contenter de dire, le visage radieux, que ce vin est hyper bon, et basta ! »