Acide érucique

Acide érucique : L’acide érucique ou acide 13-dococénoïque est un acide gras mono-insaturé que l’on trouve dans le colza, des plantes du genre Erysimum, et les graines de moutarde, dont elle constitue de 40 à 50 % des acides gras de l’huile.
L’acide érucique a pour structure chimique CH3(CH2)7CH=CH(CH2)11COOH. Son isomère trans, l’acide trans-13-dococénoïque est également appelé acide brassidique.
Le canola contient de 0,5 à 1 % d’acide érucique, ou moins. Le colza « 00 » cultivé en Europe contient également une faible proportion d’acide érucique. Cela est lié à des études menées dans les années 1960 qui avaient conclu à une toxicité de l’acide érucique chez l’animal, d’où un effort subséquent de sélection de variétés pauvres en acide érucique pour l’alimentation humaine. Les variétés de colza riches en acide érucique continuent à être cultivées, mais à usage technique seulement.
L’acide érucique est utilisé pour produire des émollients, des tensioactifs (*), et d’autres produits chimiques. On a démontré diverses implications de l’acide érucique en matière de santé. Il entre dans la composition de l’huile de Lorenzo.
(*) Tensioactif : Susceptible d’augmenter les propriétés d’étalement, de mouillage d’un liquide, en abaissant sa tension superficielle.

Réglementation : Dans l’Union européenne, la teneur en acide érucique des huiles et graisses destinées à la consommation humaine ne peut dépasser 5 %, teneur calculée sur leur teneur totale en acides gras dans la phase grasse. Cette réglementation est en vigueur depuis le 1er juillet 1979 (Directive 76/621/CEE du Conseil, du 20 juillet 1976).