Vermeil

Vermeil : n.m.  Le vermeil est un métal précieux utilisé en orfèvrerie constitué d’argent recouvert d’or (jaune ou gris, de 18 ou 22 ct) par un traitement galvanoplastique.
Il est considéré comme un métal précieux et, à ce titre, objet de réglementations douanières.
Les objets en vermeil sont réalisés depuis longtemps à travers l’Eurasie, en utilisant une variété de techniques de dorure et un caractère distinctif d’appauvrissement de la couche de dorure, technique développée par les Incas dans les civilisations précolombiennes d’Amérique du Sud. La « superposition », pliage ou martelage sur feuille d’or ou de feuille d’argent est mentionnée dans l’Odyssée d’Homère (Bk vi, 232), et la dorure avec du mercure remonte au moins au IVe siècle av. J.-C., comme cela a été connu depuis des siècles.
Aujourd’hui, la galvanoplastie est la méthode la plus couramment utilisée.
Autrefois très utilisé en bijouterie et en coutellerie pour sa résistance, il a été abandonné à cause de son prix de revient élevé. La Maison-Blanche dispose cependant d’un service de table en vermeil, exposé dans sa salle vermeil.
Réglementations selon les pays: Au Canada, le bureau de la concurrence (section métaux précieux) en donne la définition suivante : les marques de qualité (vermeil ou vermil) utilisées pour le vermeil ne peuvent être apposées que sur des articles comprenant au moins 92,5 % d’argent et plaqués d’or d’au moins 10 microns.
Aux États-Unis, pour que la marque de qualité « vermeil » puisse être apposée, la qualité minimale du placage d’or est de 14 carats avec une épaisseur minimale de 2,5 microns.
Pour la France, il doit y avoir une épaisseur minimale de 5 microns d’or 750/1000°, sur de l’argent français de 950 ou 800/1000e. Ce sont les poinçons d’argent présents qui permettent de parler de vermeil, lorsque l’argent est plaqué or dans ces conditions. Le vermeil est aussi utilisé pour la fabrication de la plaque du Grand-croix de la Légion d’honneur.
En Grande-Bretagne, l’argent est de 925/1000e Sterling.
Utilisation du vermeil : La plupart des objets d’orfèvrerie de grande taille qui semblent être d’or sont en fait de vermeil ; c’est le cas de nombreux joyaux de la couronne (par exemple les joyaux de la couronne d’Angleterre vendus au XVIIe siècle par le Commonwealth après l’exécution du roi Charles Ier étaient en vermeil) ou encore des trophées pour sportifs (les  » médailles d’or  » de tous les Jeux olympiques depuis 1912).
Couverts, assiettes et pièces de service de table sont réalisés en vermeil par de grands orfèvres, mais rarement utilisés dans la pratique, sauf pour les petites cuillères à café ou à moka.
Par rapport à l’argent ordinaire, pour les objets délicats comme la Nef (illustrée), ou ceux avec des détails complexes comme les ostensoirs, la dorure réduit grandement le besoin de nettoyage et de polissage, et ainsi réduit le risque de les endommager.
Le vermeil ne donne pas d’allergie puisque c’est de l’argent recouvert d’or, deux métaux anallergiques. La liaison entre les deux métaux (adhérence moléculaire) donne un traitement « plaquage or » d’une résistance exceptionnelle.
Symbolique : Les noces de vermeil symbolisent les 45 ans de mariage dans le folklore français.