Cochon

Cochon : n. et adj.  Un cochon est un mammifère de l’ordre des artiodactyles et plus spécialement, le porc élevé pour l’alimentation (le plus souvent châtré à l’inverse du verrat).

Personne qui est sale ou qui salit. Quel cochon !
Un gros cochon
ou Un vieux cochon, ou tout simplement un cochon qui désigne une personne perverse.
Individu qui a le goût des obscénités ou qui raconte des histoires immondes. (C’est un vieux cochon).
Gros, gras, sale comme un cochon.
Manger comme un cochon : Manger de manière sale, très salement ou d’une manière vorace, en dehors des règles communes.
Avoir une chance de cochon : avoir beaucoup de chance.
Jouer un tour de cochon à quelqu’un : lui faire un sale coup. Il lui a joué un tour de cochon.
Travail de cochon : un travail bâclé, mal fait.
Écrire comme un cochon : écrire salement.
Être adroit comme un cochon avec sa queue : être très maladroit.
Être copains comme cochons : être des grands copains, très amis.
S’entendre comme cochons en foire : personnes qui s’entendent très bien, se soutiennent.
Ne pas avoir gardé les cochons ensemble : Se dit quand deux personnes ne se connaissent pas de longue date, et ne peuvent donc pas avoir de comportements familiers (comme l’usage du tutoiement).
Nous n’avons pas gardé les cochons ensemble : pas de familiarités entre nous.
Se demander si c’est du lard ou du cochon : avoir un grand doute.
Des yeux de cochon, petits et rapprochés.
C’est donner de la confiture aux cochons : offrir quelque chose de beau à quelqu’un qui est incapable de l’apprécier.
Casser son cochon : casser sa tirelire (pour se payer quelque chose de bon /bien).
Il a une tête de cochon : il a mauvais caractère, il est très entêté : Quel caractère de cochon !
Quel cochon de temps !
: quel sale temps.
Ça lui va comme des bas de soie à un cochon : Ça ne lui va pas du tout, ça produit sur lui le plus mauvais effet.
Un temps de cochon : un temps exécrable.
Cochon malade : personne malpropre et malsaine.
Soigner son cochon : soigner son corps sous le rapport de la nourriture.
Le temps de cochon désigne une météo maussade. Ce terme viendrait du fait, qu’autrefois, la mise au saloir du lard était faite idéalement par temps froid et humide.
Cochon qui s’en dédit : expression signifiant le côté ferme dans la conclusion d’un marché comme ‘ parole d’honneur’.
Dans le cochon, tout est bon sauf le cri : Expression qui indique que toutes les parties et morceaux du cochon ont une utilité, culinaire ou autre. Quant au cri, c’est un des plus puissants et désagréables du monde animal. Le cri de détresse d’un cochon peut monter jusqu’à 115 décibels.
Variante : tout est bon dans le cochon, expression attribuée au gastronome Brillat-Savarin.
Cochon : policier (Québec).
L’expression « film cochon » est utilisée pour désigner un film pornographique.
Livres, films, dessins cochons (pornographiques).
Une histoire cochonne (licencieuse).
Des yeux cochons (grivois). Personne grossière, immorale.
Plein saoul comme un cochon : ivre mort.
C’est pas cochon : c’est réussi, excellent, c’est pas mauvais.
C’est cochon : se dit d’une nourriture (un dessert bien souvent) excellente, que l’on mangerait jusqu’à n’en être plus capable.
Régaler ou soigner son cochon : manger beaucoup ; bien vivre, se régaler ; s’offrir à boire.
Avoir un air cochon : avoir les yeux égrillards et la bouche voluptueuse.
Dans chaque homme, il ya un cochon qui somnole : tout homme est prêt à avoir une aventure sexuelle.