Ban des vendanges

Ban des vendanges : locut.  Le ban des vendanges fixe la date administrative autorisant le début des vendanges. A l’origine, un vieux droit féodal donnait au seigneur (à l’évêque ou à l’abbé) le choix du meilleur moment pour annoncer le début des vendanges.
Aujourd’hui, le Ban des Vendanges est un arrêté préfectoral fixant la date officielle du premier jour des vendanges. Le mot ban signifie d’ailleurs proclamation. Il a pour objectif de préserver la qualité des vins. Depuis la véraison, l’acidité diminue et le sucre augmente ; les courbes d’acidité et de sucre se croisent. Il faut vendanger lorsque le raisin est à pleine maturité. En principe, la vendange intervient 100 jours après la floraison, mais la date est fixée dans chaque département sur conseil des organisations de producteurs, de la DDA et de l’INAO à partir de prélèvements et des contrôles de maturité.
En moyenne, les dates de début des vendanges sont :

  • fin août : Corse, Languedoc-Roussillon, Provence
  • début septembre : Beaujolais, Vallée-du-Rhône méridionale
  • mi-septembre : Vallée-du-Rhône septentrionale, Bordelais, Bourgogne, Bugey Savoie, Jura, Centre, Sud-Ouest, Val-de-Loire
  • fin septembre : Alsace, Champagne
  • début octobre : Charentes, Lorraine

Mais les variations sont importantes en fonction du climat de l’année. De plus, au sein d’une même appellation, la date de la récolte peut varier en fonction des cépages (précoces ou tardifs), des terroirs concernés, de l’âge des vignes etc.
Enfin, la vendange peut être tardive (novembre voire décembre) dans le cas de certains vins blancs mœlleux ou liquoreux.

Le ban des vendanges est l’occasion de multiples festivités locales dont les plus connues sont celles d’Avignon au tout début de septembre et de Saint-Emilion à la mi-septembre.