Taille

Taille : n. f.  La vigne est une liane, elle doit être taillée et palissée pour produire toujours plus de fruits que de bois. Une vigne non taillée offrira des raisins nombreux, mais petits et acides, non exploitables pour produire un vin de qualité. La taille, activité principale l’hiver durant le repos végétatif de la vigne, est manuelle et se déroule de décembre à mars. Mais attention ! Plus on taille tôt, plus l’éclosion des bourgeons sera précoce, entraînant des risques de gelée. Le vigneron procède à ce qui est appelé la taille sèche. C’est un long travail où 80% des sarments sont éliminés. Traditionnellement, elle se fait à l’aide de sécateurs mécaniques à une main ou à deux mains. Aujourd’hui, l’avancée technologique a apporté aux vignerons des sécateurs électriques avec une batterie portable qui permettent de décupler la force et de tailler à une main. Tailler consiste donc à supprimer les bois inutiles de l’année précédente et à préparer la future récolte en guidant la croissance du cep. Ne pas oublier qu’un cep de vigne est vivant. Il faut savoir l’observer et l’analyser afin d’adapter l’effort qui va lui être demandé en prévoyant notamment le nombre de grappes pour l’année à venir. La taille est le facteur essentiel dans la recherche de la qualité.

Tailler la vigne répond à 3 objectifs  :

  1. lutter contre développement naturel de la vigne en longueur provoquant un allongement exagéré de ses rameaux. C’est ce qu’on appelle l’acrotonie, la tendance qu’elle a à alimenter préférentiellement en sève ses bourgeons proches de la cime ;
  2. contrôler par la taille le nombre et le volume des futures grappes pour avoir une récolte et une maturation optimales ;
  3. limiter le nombre de bourgeons pour adapter la vigne aux possibilités du milieu. Avoir une vigueur convenable et assurer la pérennité de la vigne. Mais attention, une taille excessive épuise la vigne !

En conclusion, la taille doit être adaptée à chaque cep en fonction de son état général. S’il est vigoureux, il pourra supporter une charge de raisins plus importante. S’il a un développement moyen, une taille légère est suffisante pour l’aider à reprendre assez de force afin de donner son meilleur potentiel l’année suivante.

Les styles de taille les plus courantes

Il existe de nombreux styles de taille en France et dans le monde. La conduite sur fil de fer qui a peu à peu remplacé le palissage sur échalas permet d’induire différentes formes de développement et implique différents types de taille. D’abord, précisons que 2 tailles peuvent être pratiquées :

  •  La taille courte : on ne garde qu’un à deux yeux par sarment.
  •  La taille longue : on conserve de quatre à dix yeux par sarment.

La taille diffère aussi selon le type de vigne (basses ou haute). Les plus répandus sont :

  • la taille en Guyot, du nom de son inventeur. Elle s’effectue sur vignes palissées. C’est un système de taille rapide et facile à pratiquer. Idéal pour les cépages dont les fertilités (nombres de grappes que donnera le bourgeon) maximales sont sur des bourgeons de rang élevé sur le sarment, chardonnay ou le pinot blanc par exemple. Mais cette taille est épuisante pour le végétal car elle nécessite beaucoup d’énergie pour faire éclore tous les bourgeons de la baguette. Souvent, la maturité de la vendange manque d’homogénéité. Il existe deux variantes de taille dite en Guyot :
  1. La Guyot simple à un long bois (avec 5 à 8 bourgeons) et un courson (avec deux bourgeons). La baguette sera formée par le sarment supérieur et le courson par le sarment inférieur. Un palissage sur fil de fer est nécessaire pour ce système de taille.
  2. La Guyot double : le pied de vigne est structuré avec deux bras portant chacun un courson et un long bois (baguette) dont la longueur varie en fonction de la vigueur du cépage [taille longue]. La baguette sera formée par le sarment supérieur et le courson par le sarment inférieur. Un palissage sur fil de fer est aussi nécessaire pour ce système de taille. Elle est pratiquée dans le Bordelais, le Sud-ouest, la Loire, la Champagne, etc.).
  • la taille dite en cordon de Royat. Ce système est utilisé en vigne basse mais aussi en vigne haute. Le pied de vigne est coudé. Sur la partie horizontale sont dressés un certain nombre de bras taillés courts sur lesquels un courson est conservé [taille courte]. Un palissage sur fil de fer est nécessaire. C’est le système de taille le plus adapté à la mécanisation (vendange mécanique, rognage écimage, pré-taillage…). La maturité est homogène car les raisins se retrouvent au même niveau avec une exposition souvent identique.
  • La taille dite « de Chablis » : taille courte sur charpente longue.
  • La taille en Lyre. C’est la seule taille sur vignes larges qui permet d’obtenir de bons résultats. Deux axes de palissage forment une lyre. Deux bras perpendiculaires au rang portent, soit des coursons, soit de longs bois, dont les rameaux sont palissés, permettant une ouverture du cep et une bonne exposition des grappes. On la rencontre dans les Hautes-Côtes-de-Beaune, le Jura, etc.)
  • La taille courte dite en gobelet. Elle concerne des vignes basses non palissées. Elle permet de sculpter le cep. C’est une taille courte amenée par les romains. Elle est caractérisée par un tronc plus ou moins haut et des bras en cornes (vieux bois) terminés par un ou deux coursons (bois de l’année dernière et qui correspondent aux sarments à tailler) portant chacun deux ou trois bourgeons. Aucun palissage (conduite sur fil de fer) n’est nécessaire pour la taille en Gobelet. Ce système de taille est très répandu dans le midi de la France. Il permet une bonne résistance au vent et à la sécheresse. Les raisins sont près du sol ce qui assure une maturité précoce. Mais cette forme de conduite est mal adaptée à la mécanisation (vendange mécanique, écimage et rognage du feuillage…). Elle induit également une mauvaise diffusion des produits de traitement pour pénétrer notamment à l’intérieur des bras.
  • La taille mécanique de précision (TMP). C’est un nouveau système de taille qui vise à diminuer les coûts. Il s’agit d’une taille très courte à un ou deux yeux qui vise à créer une ligne de taille renouvelée chaque année à la même hauteur. Le but est d’obtenir un cordon le plus rectiligne possible, enroulé sur le fil porteur de manière à optimiser la taille mécanique. Les vignes établies en Guyot ou cordon de Royat sont transformables en TMP.Époque de la taille : La date de la taille influe sur la date de débourrement. On peut effectuer la taille pendant tout le repos végétatif de la vigne, dès que les feuilles sont tombées et que la sève est redescendue, jusqu’au moment du débourrement, soit une durée d’environ cinq mois. Le mieux pour la plante est de tailler le plus tard possible, près du débourrement, afin d’éviter les problèmes de dessèchement et de fortes gelées d’hiver (Les zones gélives sont taillées en dernier). De plus, la plante est beaucoup moins sensible aux maladies du bois comme l’esca, et l’eutypiose quand on taille tardivement ; en effet, les plaies de taille cicatrisent beaucoup plus vite au printemps.
    Mais pour des problèmes de main-d’œuvre et d’organisation du travail, beaucoup de vignerons commencent à tailler dès le mois de novembre. La pré-taille est aussi pratiquée dans un but de mécanisation et de gain de temps sur la taille en elle-même (20 à 30 % de temps sur la taille).
    Facteurs limitants: C’est surtout le froid : à partir de -5, -6 °C, les coups de sécateurs provoquent un écrasement et un éclatement profond des bois et les sarments sont cassants.
    D’autre part, par très grands froids (aux environs de -20 °C), on a constaté que les pieds de vignes déjà taillés subissaient parfois un gel profond du bois et ne redémarraient pas ou mal le printemps suivant.
    Lorsque l’on taille tardivement, la sève (semblable à de l’eau) s’écoule de chaque coupe tant que la cicatrisation ne s’est pas faite. On dit que la vigne pleure.
    Ces écoulements sont normaux et n’ont aucune incidence sur la vie de la vigne.
    Outils pour la taille de la vigne:
    – Sécateur manuel.
    – Sécateur à démonter ou de force plus couramment appelé coupe souches.
    – Sécateur électrique.
    – Sécateur pneumatique.Dicton : Taille tôt, taille tard, rien ne vaut la taille de mars !