Vin de pêche

Vin de pêche : Le vin de pêche est une boisson apéritive réalisée avec des feuilles de pêcher (Voir Pêche) mises à macérer dans du vin, additionné d’alcool et de sucre. Dans les années 1980, ce type de vin fut proposé en mousseux et connu un succès aussi foudroyant qu’éphémère. Le vin de pêche est toujours aussi populaire et est connu en Amérique du Nord sous le nom de Peach Leaf Wine ou rinquinquin.
Origine du vin de pêche : Le vin de pêche ou vin de feuilles de pêcher, compte tenu des ingrédients utilisés, est élaboré à base de macération de feuilles dans du vin et de l’alcool. Il semble trouver son origine dans le Dauphiné et les Alpes du Sud, où l’on retrouve une autre recette, la merisette de Grenoble où entrent des feuilles, des fruits et des amandes de merisier (Voir Merise).
Ce vin était déjà fort apprécié au XVIIIe siècle si l’on en croit le romancier et philosophe français le marquis de Sade (1740-1814). Alors qu’il est incarcéré à Vincennes, dans la nuit du 23-24 novembre 1783, il écrit à son épouse : « Il ne me reste plus qu’à vous demander en vertu de quoi le refus du vin de pêches : quelle analogie peut-il y avoir entre les constitutions de l’État et les fibres de mon estomac ? Une ou deux bouteilles de vin de pêches pourraient-elles ébranler la loi salique, porter atteinte au code Justinien (**) ? C’est à un ivrogne qu’il faut faire de pareils refus : mais moi qui ne m’enivre que de tes charmes et qui ne m’en rassasie jamais, il ne faut pas me refuser du vin de pêches ».
(*) Loi salique : L’expression loi salique désigne deux réalités distinctes :
– Dans le haut Moyen Âge, il s’agit d’un code de loi élaboré, selon les historiens, entre le début du ive et le vie siècle pour le peuple des Francs dits « saliens », dont Clovis fut l’un des premiers rois. Ce code, rédigé en latin, et comportant de forts emprunts au droit romain, portait surtout sur le droit pénal et les compositions pécuniaires car l’objectif de la loi salique était de mettre fin à la faide (vengeance privée) en imposant le versement d’une somme d’argent et établissait entre autres les règles à suivre en matière d’héritage à l’intérieur de ce peuple.
– Plusieurs siècles après Clovis, dans le courant du XIVe siècle, un article de ce code salique fut exhumé, isolé de son contexte, employé par les juristes de la dynastie royale des Capétiens pour justifier l’interdiction faite aux femmes de succéder au trône de France. À la fin de l’époque médiévale et à l’époque moderne, l’expression loi salique désigne donc les règles de succession au trône de France. Ces règles ont par ailleurs été imitées dans d’autres monarchies européennes.
(**) Code Justinien : Connu sous son nom latin, le Corpus iuris (ou juris) civilis (littéralement, « corpus de droit civil ») est la plus grande compilation du droit romain antique. Le premier volet du corpus date de 528, la seconde version de 533.
Ce corpus est issu de l’ambition de Justinien Ier, empereur de l’Empire romain d’Orient. Celui-ci souhaitait disposer d’un corpus de droit utile à son empire et fidèle à la tradition romaine. L’œuvre est à mi-chemin entre codification et compilation. Bien qu’ils aient repris les textes classiques, les auteurs ont su adapter des textes d’époques très différentes (théoriquement toute l’histoire romaine), de la Loi des Douze Tables aux constitutions impériales du Bas-Empire, pour constituer un ensemble cohérent, assez différent du droit romain classique, car accordé au christianisme.

Préparation du vin de pêche : Il est élaboré avec du vin rouge ou du vin rosé ou du vin blanc, de l’alcool de fruits, du sucre, additionnés de quelques poignées de feuilles de pêcher.
La date de la cueillette des feuilles influe sur la possibilité de faire vieillir ce vin. Pour le vin à boire jeune, elles sont cueillies entre la fin juin et le 15 août. Pour une conservation de 18 mois et plus, il faut effectuer la cueillette après le 15 août, le plus près possible du 10/15 septembre.
Le vin de pêche pétillant : Alors que le marché est saturé de vin de pêche, de noix et d’autres fruits, les Distilleries et Domaines de Provence lancent dans les années 1980 un vin pétillant à la pêche : le Carlton. En 1986, 300 000 bouteilles sont vendues en six mois dans les cafés, hôtels, restaurants et les épiceries fines. C’est un succès puisqu’en 1987, les ventes décuplent, puis triplent en 1988.
Ce vin de pêche profite d’un nom prestigieux, d’une bouteille transparente de forme champenoise qui valorise le contenu et d’un goût le distingue des autres mousseux. Bientôt, il est imité : fleurissent Tocade, Claridge, Palme d’or, Calicoba, Wilson, Sensation, Cæsar, etc. Toutes ces contrefaçons sont mises au pilori sur une étagère de l’Exposition du Faux à la Fondation Cartier de Jouy-en-Josas.
Fin 1987, la distillerie est vendue au groupe Pernod-Ricard, officiellement « parce qu’avec eux l’affaire pourra se développer en France et à l’étranger ». En réalité, c’est parce que le Carlton rencontre un tel succès que la distillerie ne peut plus faire face à la demande.
Le Rinquinquin est cependant toujours commercialisé en France comme à l’étranger.

Achetez ici et au meilleur prix du marché votre vins de pêche :