Distillation

Distillation : n.f.  La distillation est un traitement d’un liquide par la chaleur, permettant d’isoler ses constituants volatils et d’en récupérer une partie par condensation. La distillation est l’opération fondamentale de la fabrication des alcools. L’alcool étant plus léger que l’eau, il s’évapore à une température plus basse qu’elle ; quand on chauffe un liquide alcoolisé à une température comprise entre les deux points d’ébullition respectifs, on peut retenir les vapeurs qui s’en dégagent et les condenser par refroidissement pour obtenir un liquide dont la teneur en alcool est plus forte.
La distillation des vins et des moûts fermentés grâce à l’alambic fournit la gamme des alcools. Inventé par les Arabes, celui-ci était utilisé au Moyen Âge par les alchimistes et les médecins. En 1309, Arnaud de Villeneuve parle, dans un ouvrage dédié au roi, d’une «eau-de-vie » qu’il a élaborée en distillant du vin.
La distillation au sens moderne est née en 1800, lorsque le chimiste anglais Adam inventa la rectification. Cette re-distillation supprime le mauvais goût de l’alcool, mais aussi le bon, ce qui oblige à réintroduire des substances aromatiques (notamment dans le gin, la vodka et l’aquavit). La distillation resta longtemps un art domestique ou artisanal. Les gouvernements de tous les pays, trouvant dans la consommation de l’alcool une source de revenus considérables, interdirent ou réglementèrent l’emploi des alambics individuels et taxèrent plus ou moins fortement la distillation collective.
(Voir Bouilleur de cru).