Vin

Vin : n. m. Le vin est une boisson alcoolisée obtenue par la fermentation du raisin, fruit de la vigne (dont Vitis vinifera). En Europe, selon la définition légale, le vin est le produit obtenu exclusivement par la fermentation alcoolique, totale ou partielle, de raisins frais, foulés ou non, ou de moûts de raisins. La transformation du raisin en vin est appelée la vinification. L’étude du vin est l’œnologie.

La grande variété de vins existant au monde s’explique par le grand nombre de terroirs, de cépages, de modes de vinification ou de types d’élevage. Ainsi ils peuvent donner des vins rouges, rosés ou blancs, mais aussi des vins avec un taux de sucre résiduel variant (secs ou doux), ou une effervescence variante (tranquilles ou effervescents). La viticulture a colonisé une vaste partie du monde et de très nombreux pays sont producteurs de vin.La consommation de vin comporte des risques pour la santé.

Le philosophe péripatéticien grec Théophraste (-371 à -288), auteur d’un Traité de l’ivresse au IIIe siècle av. J.-C., a parlé du vin, et comme le fit le médecin catalan Arnaud de Villeneuve plus tard, concocta toute une série de vins médicinaux : Chez les Grecs, on mêlait anciennement le vin tout autrement que de nos jours ; en effet, on ne versait pas l’eau sur le vin, mais le vin sur l’eau, afin d’user d’une boisson bien détrempée, de sorte qu’après en avoir bu, on fût moins avide de ce qui pouvait rester, et l’on en employait la plus grande partie au jeu du cottabe (un jeu d’adresse pratiqué lors des banquets).

Un tronc commun méditerranéen : Les noms du vin, définis tant dans l’espace méditerranéen et associé que dans le temps, procèdent d’un thème linguistique commun où se retrouvent le V (ou sa variante W) et le N1. Seuls font exception dans cet espace linguistique le basque ardo N 2 et le hongrois bor :Ce qui a donné, dans les langues des principaux pays producteurs de vin, les mots vera (albanais), Wein (allemand), wine (anglais), bin (aragonais), գինի (guini) (arménien), gwin (breton), вино (vino) (bulgare et russe), vi (catalan), vino (croate, espagnol, italien et tchèque), vin (occitan, danois, français, islandais, roumain et suédois), vein (estonien), viini (finlandais), viño (galicien), οίνος (grec moderne), wijn (néerlandais), xwînî ou wîn (kurde), vīns (letton), vynas (lituanien), wino (polonais), vinho (portugais) et vinu (corse et sarde).

Des similitudes entre les noms du vin dans les langues kartvéliennes (par exemple en géorgien : ღვინო [ɣvinɔ]) et dans les langues indo-européennes et sémitiques (*wayn) suggèrent la possibilité d’une origine commune des termes désignant le vin dans ces familles linguistiques. Une grande partie des linguistes croient qu’on a affaire à un emprunt au géorgien gvin (en géorgien : ღვინო).

Voir aussi Vin et Vin (synonyme argotique) sous Argot de bouche.

Citation de François Laroque  dans son Dictionnaire amoureux de Shakespeare (Éditions Plon, 2016) : Vin : Dans la seconde partie d’Henri IV, Shakespeare par la voix du truculent Falstaff, qui s’en prend au  jeune prince Jean, le frère du prince Hal, nous enchante en se livrant à un éloge du vin que Rabelais n’aurait sans doute pas renié :  » Ma parole, ce jeune pisse-froid ne m’aime pas, mais ça n’a rien d’étonnant : il ne boit pas de vin. Ces types coincés ne donnent jamais rien de bon, car boire de l’eau claire leur refroidit tellement le sang qu’ils tombent dans une sorte de langueur et après, quand ils se marient, ils ne font que des filles. Un bon xérès vous monte jusqu’au cerveau, il le rend alerte, vif, inventif, plein d’images fougueuses et délectables, qui, transmises à la voix et à la langue, font d’excellents trais d’esprit. Le xérès illumine le visage, qui, comme le feu d’alarme, appelle aux armes, tout le reste de ce petit royaume, l’homme ; et alors le petit peuple des esprits vitaux, tous les menus esprits intérieurs se rassemblent autour de leur capitaine, le cœur, qui, superbe et bouffi d’orgueil, d’avoir une telle escorte, entreprend les actes les plus courageux. Le prince Harry est vaillant, car le sang-froid qu’il a naturellement hérité de son père, il l’a, comme une terre maigre et stérile et nue, fertilisé et labouré et cultivé,  par l’excellente application qu’il a à boire de belles rasades d’un généreux xérès, de sorte qu’il est devenu très ardent et vaillant. Si j’avais mil fils, le premier principe humain que je leur inculquerais, serai de renoncer aux libations clairettes et de s’abonner au vin d’Espagne.
D’ailleurs, dans Henri V, le Connétable de France, s’étonne de son côté de l’ardeur de ces buveurs de bière que sont les Anglais face à la passivité relative des Français ont le sang devrait pourtant être échauffé par le vin.
Aux yeux de la médecine de l’époque, le vin était censé réchauffer les humeur froides ou phlegmatiques et il passait pour le remède suprême. Ne dit-on pas encore que le bordeaux est un vin de malades ? Mais pour  ce qui est de Falstaff, incarnation de la couardise, son abondante consommation de vin d’Espagne ne semble guère à même de produire en lui les résultats qu’il dit avoir observés chez les autres…

Quelque autres citations sur le vin :

Le vin est semblable à l’homme ; on ne saura jamais jusqu’à quel point on peut l’estimer et le mépriser, l’aimer et le haïr, ni combien d’actions sublimes ou de forfaits monstrueux il est capable.
Charles Baudelaire, poète français (1821-1867)

Il faut toujours être ivre. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du temps qui brise vos épaules, il faut s’enivrer sans trêve. De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous !
Charles Baudelaire, poète français (1821-1867)

Prenons des femmes et du vin, gloussons et rigolons. Les sermons et l’eau plate, c’est pour demain.
Lord Byron, poète britannique (1888-1924)

Le vin est la partie intellectuelle d’un repas, les viandes et les légumes n’en sont que la partie matérielle.
Alexandre Dumas, écrivain français (1802-1870)

Il est bon de traiter l’amitié comme les vins et de se méfier des mélanges.
Sidonie-Gabrielle Colette, écrivain français (1873-1854)

Dieu n’a pas voulu que le noble vin se perde ; C’est pourquoi il ne nous donne pas que la vigne, mais également la noble soif.
Citation anonyme

Mettre de l’eau dans son vin, c’est faire de la fausse monnaie.
Michel Bouvier, pharmacologue canadien

Le vin donne du courage aux timides, du verbe aux taciturnes et de l’esprit à tous.
Michel Bouvier, pharmacologue canadien

Pour que le vin fasse du bien aux femmes, il faut que ce soit les hommes qui le boivent.
Catherine Bugnard, écrivain français

Celui qui sait déguster ne boit plus jamais de vin, mais il goûte ses suaves secrets.
Salvador Dali, peintre espagnol (1904-1989)

Mieux vaut boire trop de bon vin qu’un petit peu de mauvais.
Georges Courteline, écrivain français (1858-1929)

Une journée sans vins est une journée sans soleil.
Dicton provençal

Je n’ai jamais bu de vin à outrance, d’ailleurs, je ne sais même pas où c’est.
Pierre Desproges, humoriste français (1939-1988)

J’aime le vin d’ici mais pas l’eau de là.
Pierre Dac, humoriste français (1893-1975)

Si la vérité est dans le vin, qu’elle y reste.
Pierre Dac, humoriste français (1893-1975)