Sargassacées

Sargassacées : La famille des Sargassacées (ou Sargassaceae) est une famille d’algues brunes de l’ordre des Fucales.
Les frondes de cette algue brune peuvent atteindre plusieurs mètres de long (jusqu’à 12 mètres pour certaines espèces tropicales). Elle peut être fixée au fond par un thalle dit « coriace », mais certaines Sargasses vivent parfois de manière exclusivement flottante ; principalement dans la mer du même nom, dans l’océan Atlantique.
Selon l’hydrographe et météorologiste du XIXe siècle Matthew Fontaine Maury, auteur de la Géographie physique de la mer, le nom de sargasse vient du mot espagnol sargazo1qui signifie varech. Il décrit les Sargasses comme un « varech-nageur » et « porte-baie », qui forme principalement le « banc immense » de la mer des Sargasses par concentration des algues par les courants circulaires de l’Atlantique.
Jules Verne dans 20 000 lieues sous les mers fait dire à son héros qu’il partage l’opinion de Maury, et qu’il en a « pu étudier le phénomène dans ce milieu spécial où les navires pénètrent rarement. Au-dessus de nous flottaient des corps de toute provenance, entassés au milieu de ces herbes brunâtres, des troncs d’arbres arrachés aux Andes ou aux montagnes Rocheuses et flottés par l’Amazone ou le Mississippi, de nombreuses épaves, des restes de quilles ou de carènes, des bordages défoncés et tellement alourdis par les coquilles et les anatifes qu’ils ne pouvaient remonter à la surface de l’Océan. Et le temps justifiera un jour cette autre opinion de Maury, que ces matières, ainsi accumulées pendant des siècles, se minéraliseront sous l’action des eaux et formeront alors d’inépuisables houillères. Réserve précieuse que prépare la prévoyante nature pour ce moment où les hommes auront épuisé les mines des continents. »
Il existe plusieurs dizaines d’espèces de Sargasses, qui font toutes partie des fucales, algues qui – pour des raisons mal comprises- sont (pour la plupart des espèces) en forte et rapide régression depuis la fin du xxe siècle sur le littoral européen (et notamment en France). Mais on ignore l’évolution et l’état des populations libres de la mer des Sargasses, qui pourraient aussi pâtir des nombreux déchets jetés en mer.
Les Sargasses, qu’elles soient dérivantes ou fixées à un substrat sont dans tous les cas maintenues en surface ou près de la surface par des flotteurs dits « pneumatocytes » (sphères remplies d’un gaz produit par l’algue).
C’est sous la mer des Sargasses que les anguilles (dont l’Anguille d’Europe) sont réputées venir (à grande profondeur) pondre leurs milliards d’œufs, qui y donnent naissance à des larves abondantes qui se transformeront en civelles avant de rejoindre les eaux douces où elles passeront leurs vies jusqu’à la maturité sexuelle qui les ramènera vers les Sargasses.
Reproduction des Sargassées : Elle semble surtout se faire par fragmentation des touffes, par multiplication végétative, mais des ovogonies (cellules souches de la lignée germinale) et des anthéridies existent dans des organes spécialisés2.
Structures coloniales dérivantes : La plupart des Sargasses sont dites holopélagiques, c’est à dire qu’elles se développent à la surface de l’eau et que l’intégralité de leur cycle de vie se fait en pleine mer. Elles n’ont pas besoin de s’accrocher à un substrat dur. Leurs flotteurs, appelés pneumatocytes, maintiennent les frondes de sargasses en surface, renforçant leurs capacités de photosynthèse et bioproductivité. Beaucoup de sargasses ont une texture rugueuse et un mucus un collant (protecteur contre les ultraviolets solaires) qui les rassemblent en amas flottant, formant parfois des radeaux végétaux, solides, mais souples, adaptés aux mouvements de houle et aux forts courants marins. Ces masses dérivantes, lorsqu’elles sont importantes, constituent un habitat et un refuge pour de nombreux invertébrés (145 espèces) et vertébrés marins (127 espèces) ainsi que pour dix espèces endémiques (Historio historio, Planes minutes …) qu’on ne trouve nulle part ailleurs et sont capables de pratiquer le biomimétisme afin de se camoufler dans ces « forêts d’algues ».