Coloquinte

Coloquinte : n. f. « Coloquinte » est un nom vernaculaire ou commercial ambigu qui peut désigner, en français, plusieurs espèces différentes de plantes.
La coloquinte vraie ou coloquinte officinale (famille des Cucurbitacées – Nom botanique : Citrullus colocynthis) est une espèce originaire d’Afrique, cultivée en Afrique du Nord et en Inde pour ses propriétés médicinales. La coloquinte médicinale est une plante méditerranéenne, dont les fruits sont amers et très toxiques.
Coloquintes ornementales : Des espèces décoratives sont aussi vendues sous le nom de « coloquinte ». Il s’agit en fait d’une multitude de variétés sélectionnées pour leurs formes et leurs couleurs extravagantes, ainsi que pour leur longévité, plutôt que pour leur chair non comestible. Elles appartiennent le plus souvent aux espèces de citrouille ou courges Cucurbita pepo et Cucurbita argyrosperma, ou de calebasses Lagenaria siceraria.

Voir Coloquinte sous Argot de bouche.

La comestibilité des Cucurbitacées

Difficile de s’y retrouver entre citrouilles, potirons ou coloquintes… Lesquels peut-on utiliser pour décorer et lesquels peut-on cuisiner ?
Les potirons, potimarrons, courges de Muscade, citrouilles ou coloquintes appartiennent à la grande famille des Cucurbitacées.
La coloquinte est une plante purement décorative, une sorte de courge aux couleurs diverses : crème, jaune, orange, vert foncé, vert plus clair. Elle fait le bonheur des décorateurs en herbe, des fleuristes, des pépiniéristes mais sûrement pas des cuisiniers.
En effet, ingérer des coloquintes n’est pas sans danger pour la santé. La vigilance s’impose, en particulier en présence d’enfants, si vite tentés.
Attention, aussi : dans leur forme sauvage (coloquinte vraie ou médicinale), les cucurbitacées contiennent une toxine naturelle, la cucurbitacine, responsable de l’amertume du légume. Ingérée même à faible dose, elle peut causer une intoxication, avec comme symptômes des vomissements, des coliques et de fortes diarrhées, parfois accompagnées de saignements.
En principe, les variétés de courges cultivées dans nos jardins ne sont pas dangereuses. Toutefois, la toxine peut réapparaître en raison de croisements et de mutations. D’où l’importance d’acheter des graines de bonne qualité, de ne pas réutiliser des graines comme semis, ni évidemment des graines de courges sauvages.
Pour prévenir les risques liés à la pollinisation, et donc les croisements potentiellement nocifs, il faut éviter de cultiver à la fois des coloquintes décoratives et des courges dans le même espace.