Haricot tépari

Haricot tépari : Le haricot tépari  ou tepary (famille des Fabacées – Nom botanique : Phaseolus acutifolius) est une plante herbacée originaire du sud de l’Amérique du Nord et cultivé depuis l’époque précolombienne par les populations amérindiennnes.
Le nom « tépari » serait emprunté à l’espagnol mexicain, lui-même emprunté au ópata, eudeve ou o’odham (tribus uto-aztèques du désert de Sonora et de l’Arizona) t’pawi « c’est un haricot ». Il porte aussi le nom de xmayum chez les Mayas et d’escomite au Mexique.
Le haricot tépari est spontané dans le sud de l’Amérique du Nord, aux États-Unis dans les États du Texas, du Nouveau-Mexique et de l’Arizona, et au Mexique dans les États de Basse-Californie, Chihuahua, Durango, Guerrero, Jalisco, Michoacán, Oaxaca, Sinaloa et Sonora.
L’espèce a été introduite pour la culture dans d’autres régions d’Amérique centrale ainsi qu’en Afrique, en Asie (Inde, Kazakhstan, Kirghizstan) Australie. Il est également cultivé dans certaines régions d’Europe orientale (Russie et Ukraine).
Le haricot tépari est une espèce adaptée aux régions arides et supportant aussi bien la sécheresse que la chaleur. Il s’accommode d’une pluviométrie annuelle de 500 mm. C’est une plante qui est plus tolérante à la salinité que le haricot commun.
Diverses variétés de haricots tépari :
– Black, à grains noirs proche des variétés historiques
– Blue Speckled, beige bleuté originaire des hauts plateaux mexicains
– Cocopaw Brown et Cocopaw white, à grains bruns mouchetés et à grains blanc, cultivés par le peuple Cocopah
– Paiute White et paiute Yellow, variétés du sud de l’Utah près de la rivière Santa Clara
– Pinacrate, variété aux grains bronze de la région très sèche de la Sierra el Pinacrate
– San Pablo Balleza, variété originaire de la province mexicaine de Chihuahua
– Yome, à grains beiges, cultivé par le peuple Yome.

Emplois culinaires du haricot tépari : Ils se consomment en grain ou en farine et le reste de la plante est donné au bétail.
Les haricots tépari se préparent comme les autres haricots secs, avec un trempage préalable à la cuisson. Certains Amérindiens prépareraient ces haricots secs en les faisant griller avant de les moudre et de les mélanger à de l’eau pour les consommer.