Malanga

Tubercules de malanga

Malanga : Le malanga est un gros tubercule alimentaire très ferme, à peau brune et à chair blanche d’une plante originaire du nord de l’Amérique du Sud et des Antilles. Le malanga (famille des Aracées – Nom botanique : Xanthosoma sagittifolium) pousse dans les régions tropicales et subtropicales. C’est un aliment de base dans les Antilles et dans toutes les colonies hispaniques tropicales. Malanga est le nom utilisé à Cuba, tandis que yautia est le nom utilisé à Puerto Rico. Le malanga appartient à une famille de plantes décoratives ; il est apparenté au philodendron et au dieffenbachia. Il en existe une quarantaine d’espèces dont certaines, tel le malanga jaune, ressemblent à s’y méprendre au taro, une espèce voisine.
Le malanga est utilisé essentiellement de la même façon que l’igname. Il peut être mangé bouilli, frit, ou broyé en fufu, bien qu’il ne soit pas aussi reconnu que l’igname. Il peut aussi être transformé en porridge ou en potage, et également sous forme de frites et de farine. Le malanga est un aliment de base traditionnel des îles du Pacifique, où il est utilisé dans toute une série d’aliments dont la description est similaire à celle du manioc. Le poi est un plat très populaire à Hawaï et en Polynésie, obtenu en cuisinant la racine crue, qui est ensuite pelée puis écrasée pour faire un liquide consistant. Le liquide est passé à travers une série de passoires, la dernière ayant des ouvertures de 0,5 mm de diamètre. Il est ensuite conditionné et vendu ou stocké à température ambiante, où il subit une fermentation lactique. Des produits dérivés de la noix de coco peuvent être ajoutés à la fermentation du Poi avant consommation.

Au Nigeria, la malanga est râpé, mélangé à des condiments et enveloppé dans des feuilles. Il est ensuite cuit à la vapeur pendant 30 minutes et servi en sauces. Connu sous le nom d’ikokore, c’est un plat très commun dans l’ouest du Nigeria. Une variante de cette recette existe au Cameroun où le malanga est préparer en boulettes et cuisiné avec de nombreux autres ingrédients. Ce plat est connu sous le nom d’epankoko.
Aux Antilles, on l’utilise râpée pour préparer les accras qui sont des beignets de poissons ou de légumes.