Char siu (cuisine asiatique)

Char siu (cuisine asiatique) : Le char siu (chinois : 叉燒 ; pinyin : chāshāo ; Wade : chʻa-shao ; cantonais Jyutping : ca asiu ; cantonais Yale : chāsīu ; littéralement : « fourchetterôti » ou chasu, cha siu, cha shao, char siew) est une façon courante de parfumer et de préparer un barbecue de porc (ou de sanglier) dans la cuisine cantonaise. C’est un type de siu mei (燒味), de la viande grillée cantonaise.
Les morceaux de viande de porc choisis sont variés, mais on se sert principalement de la longe, de la poitrine et de l’échine.
Cuisine chinoise : Le char siu désigne la méthode de cuisson de morceaux de porc désossés embrochés et cuits soit dans un four fermé, soit sur le feu.
Auparavant, le sanglier et le cochon sauvage étaient utilisés pour le char siu. Aujourd’hui, le porc prédomine, assaisonné d’un mélange de miel, de cinq-épices, de hóngfǔrǔ (tofu fermenté), lao chou (sauce soja ; 老抽), de sauce hoisin (海鮮醬), de colorant alimentaire rouge, de sherry ou de huangjiu (boisson alcoolisée chinoise à base de céréales).
Le char siu est typiquement consommé dans un beignet (char siu baau ; 叉燒包), avec des nouilles (char siu mein ; 叉燒麵), ou avec du riz (char siu fan ; 叉燒飯) en restauration rapide ou comme plat principal à domicile.
Cuisine de Hong Kong : À Hong Kong, on retrouve le char siu dans des restaurants siu mei spécialisés en viande , qui proposent au-delà du char siu de porc, du poulet sauce soja, de l’oie rôtie, du siu yuk (poitrine de porc  rôtie ), etc. Ces établissements exposent leurs plats en vitrine, où le char siu peut être mangé sur place ou à emporter, telle une rôtisserie.
Cuisine d’Asie du Sud-Est : En Malaisie, à Singapour et en Thailande, le char siew rice se trouve dans les étals chinois (shāolà ; 烧腊). Il est préparé avec du riz blanc, du concombre et de la sauce soja. On le retrouve dans le riz au poulet hainanais, servi soit avec du riz blanc ou du riz aromatisé au poulet. En Thaïlande, il est appelé mu daeng (หมูแดง ; « porc rouge »). Il est servi avec de l’œuf dur et du riz blanc.
Aux Philippines, on l’appelle asado.
Cuisine japonaise : La gastronomie japonaise a adopté le char siu et traduit en chāshū. Contrairement à la version chinoise, la viande est préparée dans un tube puis cuite à basse température. La viande est assaisonnée de miel et de sauce soja, mais sans colorant rouge, ni sucre ou cinq-épices. C’est un ingrédient courant du rāmen.