Espèces protégée

Espèces protégées : Les espèces animales protégées (comestibles ou non) au titre des articles L 411 1 et 2 du code français de l’environnement, actualisé le 7 août 2006 sont les suivantes :
 – Parmi les mammifères : toutes les espèces de chauves-souris, le desman des Pyrénées, le hérisson d’Europe, le hérisson d’Algérie, la musaraigne aquatique, la musaraigne de Miller, l’écureuil, le castor, la genette, le vison, la loutre, le chat sauvage, le bouquetin, le hamster commun, le loup, le lynx d’Europe, l’ours, toutes les espèces de cétacés, l’otarie des Kerguelen, le phoque gris, l’éléphant de mer, le phoque moine, le phoque veau marin, le léopard de mer, le morse.
 – Parmi les oiseaux : toutes les espèces européennes de plongeons, de grèbes, de puffins, de pétrels, de cormorans (à l’exception du grand cormoran), de hérons, de butors, d’aigrettes, de blongios, la cigogne blanche, la cigogne noire, l’ibis falcinelle, la spatule blanche, le flamant rose, toutes les espèces européennes de cygnes et de bernaches, l’érismature à tête blanche, toutes les espèces européennes de rapaces diurnes, la grue cendrée, toutes les espèces européennes de marouettes, le râle des genêts, toutes les espèces européennes d’outardes, le pluvier guignard, toutes les espèces européennes de goélands (à l’exception du goéland argenté et du goéland leucophée), de sternes et de guifettes, le martin-pêcheur, toutes les espèces européennes de pics, l’alouette lulu, le traquet rieur.
Toutes les tortues marines : la tortue luth, la tortue caouanne, la tortue olivâtre, la tortue de Riddley, la tortue à écailles et la tortue verte.
– Parmi les lamproies et les poissons : la lamproie marine, la lamproie fluviatile, le saumon atlantique, les truites, la grande alose, le brochet, la loche de rivière, l’apron.
  – Pour les écrevisses : l’écrevisse à pattes blanches, l’écrevisse à pattes rouges, l’écrevisse des torrents.
Parmi les reptiles et les amphibiens : la cistude d’Europe, l’émyde lépreuse, la tortue d’Hermann, la tortue grecque, le lézard vert, la couleuvre d’Esculape, la vipère d’Orsini, le crapaud sonneur à ventre jaune, le pélobate cultripède, le pélobate brun, la grenouille de Lessona, la grenouille agile, la grenouille ibérique, la grenouille des champs, la salamandre de Lanza, le triton crêté…
 – Parmi les insectes : le grand dytique, le pique-prune, le grand capricorne, la rosalie des Alpes, le porte-queue de Corse, le damier de la Succise, le fadet des Laîches, l’agrion de Mercure, le gomphe serpentin…
 – Parmi les mollusques terrestres ou d’eau douce : l’hélix de Corse, l’escargot de Raspail, l’escargot de Nice, l’escargot de Quimper, deux espèces de moules d’eau douce…
 – Pour les invertébrés marins : la patelle géante, la grande nacre, le jambonneau rude, la datte de mer, la grande cigale de mer et l’oursin diadème.

A noter que pour certaines espèces animales, dont les listes sont fixées par arrêtés, la destruction ou l’enlèvement des œufs ou des nids, la destruction, la mutilation, la capture et la naturalisation des spécimens peuvent être interdits. Le transport, le colportage, l’utilisation, la vente ou l’achat des spécimens de ces espèces, qu’ils soient vivants ou morts, peuvent également être interdits.
De plus, la destruction, l’altération ou la dégradation du milieu particulier à certaines de ces espèces sont interdits.