Scofa (pâtisserie)

Scofa (pâtisserie) : Depuis près de 50 ans, les carmélites de Niort fabriquent un gâteau au drôle de nom : le Scofa. Elles ont partagé la recette avec bénédictins de Ligugé et leurs sœurs des carmels de Bayonne et de Lisieux.
Longtemps la réputation du gâteau des carmélites de Niort ne dépassait pas les Deux-Sèvres… au mieux le Poitou. Mais depuis qu’elles ont transmis la recette aux moines de Ligugé en 2002, ce délicieux dessert se faisait moins confidentiel. Aujourd’hui, les carmels de Bayonne et de Lisieux font également partager cette merveille à encore plus de gourmands tout en subvenant aux besoins des couvents.
Pourtant, point de publicité ni de packaging attrayant, le bouche à oreille suffit à assurer la publicité.
Un acronyme en guise de recette : Mais pourquoi cet acronyme « Scofa » comme nom ? C’est le début d’un rébus formé des initiales des ingrédients : sucre, crème, œufs, farine, amandes.
Mais c’est à peu près tout ce qu’on peut savoir de la recette, sinon que le beurre, forcément, doit être de Poitou-Charentes. L’amande quant à elle, ne doit surtout pas être en poudre : les fruits secs entiers sont broyés manuellement, patiemment et sans les brusquer.
Le Scofa ressemble à un millefeuille. Les feuilles sont, en fait, une pâte meringuée sur laquelle une crème et des amandes hachées sont disposées. S’il était autrefois présenté sous forme ronde, on le réalise désormais sous forme carrée ou rectangulaire pour une facilité de conditionnement. Il se décline à Ligugé en nombreux formats qui vont de la part individuelle au gâteau pour 15 personnes.
Les moines, qui fournissent la plus grosse production de ce gâteau, le conditionnent ensuite en boite en carton ou en plastique car ils fournissent un certain nombre de supermarchés.
On peut même, selon les livraisons en trouver, sur l’autoroute A10 à « la Maison des produits régionaux de l’Aire Poitou-Charentes », sur le marché couvert de La Rochelle, à Chatelaillon-Plage, ou aux Portes sur l’île de Ré.
Le scofa se conserve très bien au frais pendant une quinzaine de jours. Certains gourmands vont même jusqu’à le congeler pour ne jamais être en panne quand ils improvisent un dîner.