Croquer

Croquer : v.tr. et intr. (étymologie du XIIIe siècle : crokier « frapper »  du radical onomatopéique krokk-, exprimant un bruit sec).
V. intr. : Faire un bruit sec, en parlant des choses que l’on broie avec les dents (craquer). Carotte, fruit vert qui croque.
Croquant : qui croque sous la dent.
V. tr. : Broyer (quelque chose) sous la dent, en produisant un bruit sec. Croquer une dragée, une pomme. Pastille à laisser fondre dans la bouche sans la croquer.
Chocolat à croquer (opposé à chocolat à cuire). Croquer dans une pomme, mordre.
Expression vieillie  : manger à belles dents, dévorer.  Un chat qui croque une souris.
Figuré familier : Croquer de l’argent : dépenser beaucoup ( dilapider, dissiper, gaspiller).
Croquer un héritage. Il croque un argent fou (claquer).
Prendre rapidement sur le vif (un site, un personnage) en quelques coups de crayon, de pinceau (crayonner, dessiner, ébaucher ; esquisser)
Croquer une silhouette.
Locution figurative : Personne jolie, mignonne à croquer, très jolie.
Locution elliptique : Elle est à croquer avec ce manteau-là.
Par analogie : Décrire (quelque chose, quelqu’un) à grands traits. Croquer un personnage dans un livre (brosser, camper).
En argot : En croquer : obtenir des avantages illégaux (indicateur, policier,…).

Voir Croquer sous Argot de bouche.