Sandwich

Sandwich : Le sandwich est un mets, généralement composé de deux ou plusieurs tranches de pain, avec un ou plusieurs ingrédients entre elles. Par antonomase (*), le terme « sandwich » tire son origine de John Montagu, 4e comte de Sandwich (Sandwich était un ancien port important du Moyen Âge anglais, mais qui est aujourd’hui situé dans les terres et dont le nom en vieil anglais, Sandwicæ, signifie « Port sur le sable »).
(*) Antonomase : Trope (figure) qui consiste à désigner un personnage par un nom commun ou une périphrase qui le caractérise, ou, inversement, à désigner un individu par le personnage dont il rappelle le caractère typique (exemple : un harpagon pour un avare, la Dame de fer pour Mme Thatcher).

Genre et pluriel du nom Sandwich : Émile Littré indique dans son dictionnaire, le Littré, que sandwich est un substantif féminin ; cependant, le Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse (paru à la même époque que le Littré) et le Dictionnaire de l’Académie française le citent comme étant du genre masculin. L’usage en a fait un substantif masculin en Europe, mais on retrouve l’utilisation des deux genres au Canada francophone.
Le pluriel adopté dans les pays francophones fut celui utilisé dans les pays anglophones : sandwiches ; cependant la réforme orthographique de 1990 préconise d’écrire des « sandwichs ».
Histoire du sandwich : Le sandwich, en tant que forme d’aliment, tient par convention son nom de John Montagu, quatrième comte de Sandwich, qui faisait grand usage de tranches de pain, entrelardées de morceaux de viande et de fromage, et en imposa l’usage par imitation. Cependant, les circonstances de l’invention du sandwich ne sont pas claires. Un contemporain du comte, le voyageur français Pierre-Jean Grosley rédigea un récit, intitulé Tour to London, dans lequel il rapporte que John Montagu était un grand joueur. Un jour de 1762, lancé dans une de ses parties de cartes interminables, un domestique lui apporta deux tranches de pain garnies de viande froide, de tranches de concombre et de fromage. Il trouva que ce plat revêtait deux qualités essentielles à ses yeux : premièrement, il n’avait pas besoin de quitter la table de jeu pour s’alimenter et, deuxièmement, la conception du plat lui permettait de conserver les mains propres.
Cependant, cette anecdote tient vraisemblablement de l’invention romanesque. Il est plus probable que le comte de Sandwich consommait sur le pouce, un peu de pain garni de viande, directement à son bureau où il passait le plus clair de son temps, en particulier en 1765 où il occupait des fonctions gouvernementales qui ne lui laissaient guère de temps pour jouer. Tel était d’ailleurs l’usage en ce temps-là : les diplomates, mais aussi les hommes d’affaires, pour éviter la coupure du déjeuner, restaient à leur bureau et consommaient des aliments froids (voir à ce sujet, l’assiette anglaise).
Mais, depuis des temps reculés, il était d’usage de donner aux travailleurs des champs la viande de leur repas enfermée entre deux tranches de pain bis.
Bien entendu, on consommait, en Angleterre, mais aussi dans d’autres parties du monde, cette forme d’aliment bien avant ladite invention du sandwich. Le chercheur Mark Morton a découvert l’usage, dans certaines pièces issues du théâtre anglais populaire des XVIe et XVIIe siècles, des expressions telles que bread and meatpain et viande ») ou bread and cheese (« pain et fromage »). Il donne entre autres deux exemples : dans The Old Wives Tale, de George Peele, un personnage dit : “I took a piece of bread and cheese, and came my way.” (« Je pris un morceau de pain et de fromage et je m’éloignai ») ; dans Les Joyeuses Commères de Windsor, Shakespeare met dans la bouche de Nym, qui fait partie de la bande de Falstaff, la réplique suivante : « I love not the humour of bread and cheese. » (« Il n’est pas dans mes manières de vivre de pain et de fromage »).
Selon l’écrivain et poète anglais Lord Byron (1788-1824), le sandwich semble devenir d’un usage courant en France dans les années 1830.
Dans les années 1930, le sandwich (généralement un morceau de baguette garnie) devient très populaire auprès des travailleurs qui le consomment pendant leurs pauses. Cet usage ne s’est pas perdu et s’est même élargi à l’ensemble des classes sociales après 1945.
Il ne nécessite pas d’être réfrigéré s’il est consommé assez rapidement, et il n’a pas besoin non plus d’être réchauffé, ce qui se révèle être bien pratique dans certaines circonstances, comme sur les chantiers, les longs déplacements ou dans la nature.
Suite à des sondages, entre 2000 et 2016, des habitudes alimentaires des Français, le sandwich arrive 3e dans le top des aliments favoris, derrière le couscous et la pizza.
Présentation générale : Un sandwich est en général composé de pain et d’un assortiment simple, tel que le jambon, le fromage ou le thon, accompagné ou non de beurre, de sauce, d’œuf ou de crudités et des condiments (cornichons, petits-oignons, pickles). Il se mange sans utiliser de couverts, même si certains font l’exception qui confirme la règle avec le club sandwich.
C’est le principal produit de la restauration rapide. On appelle « sandwicheries » les restaurants qui se sont spécialisés dans la vente de sandwichs.
Hygiène et sécurité alimentaire : Ce sont des sujets de préoccupation, notamment pour les préparations contenant des charcuteries, des viandes ou crudités, accompagné de sauce (notamment  de mayonnaise). Des normes et recommandations (guides de bonnes pratiques) existent pour les sandwichs commercialisés, avec des dates limites à ne pas dépasser, en veillant à la bonne conservation de la chaîne du froid (**).
(**) Chaîne du froid : On appelle chaîne du froid ou chaîne frigorifique l’ensemble des opérations logistiques et domestiques (transport, manutention, stockage) visant à maintenir des produits alimentaires ou pharmaceutiques à une température donnée afin d’en préserver la salubrité et les qualités gustatives.

Généralement, les principaux types de sandwich comprennent :
–  Deux tranches de pain avec d’autres ingrédients entre-elles.
–  Deux moitiés d’une baguette avec d’autres ingrédients entre-elles.
–  Le sandwich de poche qui peut être un mini-sandwich fait d’un pain rond type pistolet.
–  Le sandwich à face ouverte.
– Les sandwichs sucrés et les sandwichs à la crème glacée ne sont généralement pas considérés comme des sandwiches au sens d’un aliment contenant du pain, mais sont nommés « sandwichs » par analogie.
– Les sandwichs à base de charcuterie sont très variés : rillettes, pâté de campagne, jambo cuit ou jambon cru, etc.
– Le club-sandwich est la version luxe du sandwich tandis que le hot-dog (chien-chaud) est une version plus populaire et citadine, tout comme le sandwich-merguez.

Citation de Cavanna, écrivain, journaliste et dessinateur français (1923-1914) : « Les seules créatures qui s’accouplent en se faisant face sont l’homme et le sandwich au pâté ».

Voir aussi Sandwich ; Sandwicher ; Homme-sandwich et Casse-croûte sous Argot de bouche.
Et Radio sandwich sous Diner Lingo.