Or alimentaire

Or alimentaire : locut.   L’or alimentaire est un métal comestible, non allergène, exempt de goût et chimiquement inerte. Il est autorisé par l’Union Européenne et les États-Unis pour la décoration alimentaire. Dans la gastronomie de luxe, il se décline sous forme de poudre, de feuilles, de paillettes ou de flocons.
On trouve aussi de l’or alimentaire (22 ou 24 carats) en cuisine et pâtisserie sous diverses autres formes : en morceaux, en paillettes, en rouleau, en fil, en spray,…
La feuille d’or est une décoration alimentaire à base d’or qui doit être agréée selon la législation européenne en vigueur en matière alimentaire. Il ravit les amateurs de luxe gourmand dans de nombreux pays.
Le plus grand consommateur est l’Inde avec, selon les estimations, 12 tonnes d’or culinaire par an. Les feuilles d’or viennent décorer les pâtisseries traditionnelles, mais aussi les boulettes de mouton, lors des mariages et fêtes religieuses.
Alors qu’en Chine, certains gibiers sont saupoudrés d’or, les Japonais s’échangent les vœux de bonne année en buvant un saké agrémenté de flocons d’or et certains cuisiniers nippons rehaussent leurs meilleurs sushis à l’or fin. Au Pakistan, l’or est parfois consommé pour ses vertus prétendues aphrodisiaques et stimulantes.
En France et en Suisse, des chefs chocolatiers de renom ornent leurs truffes de fragments de feuille d’or, véritable magie succulente sur les papilles.
L’or alimentaire est aujourd’hui très tendance dans la restauration de luxe, de même que chez les pâtissiers et confiseurs. Mais l’engouement pour ce métal précieux dans la gastronomie remonte à des millénaires. Depuis l’Antiquité, il est prisé pour ses qualités esthétiques, sa force symbolique et parfois pour le pouvoir magique qu’on lui attribue. L’or est un métal comestible. Il est autorisé par l’Union Européenne et les États-Unis pour la décoration alimentaire, où cet additif porte le code E175.