Mouton

Mouton : n. m.  Le mouton est un mammifère ruminant à toison laineuse et frisée, domestiqué pour fournir de la laine, de la viande et du lait.
C’est un mouton, une personne crédule et passive, qui se laisse facilement mener ou berner (Se laisser manger, tondre la laine sur le dos).
Mouton à cinq pattes : personne, chose extrêmement rare
Chercher le mouton à cinq pattes : chercher l’impossible.
Frisé comme un mouton : très frisé.
Doux comme un mouton : très doux.
Compter les moutons (pour s’endormir).
Mouton noir : personne gênante ou indésirable dans un groupe
Mouton enragé : personne habituellement paisible qui cède soudain à une violente colère.
Mouton : personne dont la conduite, les opinions se modèlent sur celles de son entourage.
Mouton : mouchard, indicateur, dans le jargon de la police ; prisonnier qui espionne et dénonce son compagnon, ses codétenus.
Mouton de Panurge : Individu sans volonté, docile, quelqu’un qui suit les autres.
(L’histoire des moutons de Panurge, personnage de F. Rabelais, est une dénonciation de la bêtise pouvant accompagner l’instinct grégaire des espèces).
Elle sert aussi à mettre en évidence l’effet de mode ou la pensée de groupe.
Flocon de poussières sous le lit : balayer / aspirer les moutons.
Laisser pisser le mouton : laisser tomber ; ne pas se tourmenter ; ne pas se faire de mauvais sang, laisser aller les choses ; être patient, attendre l’occasion, attendre que le temps soit venu, que l’affaire soit mûre, laisser dire, laisser faire
Revenons à nos moutons (allusion à la Farce de Maître Pathelin) : revenons à notre sujet, mettons fin à ces digressions.
Mener comme un mouton : Diriger quelqu’un à sa guise, docilement, sans révolte.
Sentir l’épaule de mouton : sentir fort des aisselles.
Mouton : espion ; compagnon de cellule que la police donne à un détenu, avec mission de provoquer ses confidences et de les rapporter à la justice.
Intermédiaire, celui qui a mis en rapport, ou qui tient en rapport entre eux, les gens du milieu.