Poulet

Poulet : n.m.  Un poulet est le petit de la poule, de trois à dix mois, de sexe mâle ou femelle.
Autrefois, un poulet était un une lettre ou un billet doux.
Mon (petit) poulet : terme affectueux.
Maigre comme un os de poulet : maigre.
Poulet d’hospice : homme maigre.
Policier, flic (appelé ainsi car il ne sait pas voler).
Mot employé dans tous les milieux, y compris chez les policiers quand ils s’auto-désignent. L’origine du surnom ‘poulets’ remonte au XIXe siècle et donne un aspect quasi patrimonial, affectueux à l’appellation. En 1871,  Jules Ferry (1832-1893) installe la préfecture et les policiers de Paris dans les locaux de la caserne de la Cité, bâtie sur l’ancien marché aux volailles de la capitale. Rapidement, le sobriquet de poulets est donné aux policiers. On dit aussi ‘poulaga’, ‘poulard’, voire ‘perdreau’
Le terme viendrait aussi du fait que les policiers picorent des renseignements à droite et gauche.
Par extension, la poulague ou la maison poulaga
Grand Poulet : Préfet de police.
Superpoulet : policier, inspecteur, policier privé (indicateur de la police).
Poulet de grain : jeune policier.
Cage à poulets : voiture fermée pour le transport des prisonniers, voiture cellulaire.
Un beau poulet : un bel athlète (jargon du sport).
Poulet de la haie : enfant né hors mariage, bâtard.
Poulet de grain : jeune garçon.
(Et) mon cul, c’est du poulet ? : expression de refus.
Être poulet froid : se dit d’un toxicomane qui est en manque.
Un poulet entier : un kilo de cocaïne (langage des trafiquants de drogue).